Si ce message ne s'affiche pas correctement, téléchargez la version pdf ou contactez-nous pour changer de version
 
Janvier 2015
Voeux 2015
Nanomatériaux manufacturés
Construire aujourd'hui la prévention de demain
Nanomatriaux manufacturés : Construire aujourd'hui la prévention de demain
Depuis le début des années 90, les nanomatériaux ont connu un développement fulgurant. Ils trouvent aujourd'hui des applications dans des secteurs aussi divers que le bâtiment, l'agroalimentaire, la cosmétique, la santé ou l'informatique... En matière de santé et de sécurité au travail, le principal défi est à présent d'anticiper les usages de demain pour imaginer et développer les méthodes et les outils qui permettront de protéger efficacement les salariés. L'INRS se mobilise pour jouer pleinement son rôle dans cette réflexion prospective.
Communiqué : Prospective NANO 2030
Prospective NANO 2030
Article : Nanomatériaux : Quels risques ? Quelle prévention ?
Nanomatériaux :
Quels risques ?
Quelle prévention ?
Publication : Les nanomatériaux. Risques pour la santé et mesures de prévention (ED 6064)
Les nanomatériaux.
Risques pour la santé
et mesures de prévention
(ED 6064)
Publication : Aide au repérage des nanomatériaux en entreprise (ED 6174)
Aide au repérage
des nanomatériaux
en entreprise (ED 6174)
Innovation
Une récompense pour le dispositif ECHOSCAN
Une récompense pour le dispositif ECHOSCAN La 16e édition du Concours des Décibels d'Or a mis à l'honneur le dispositif Echoscan développé par l'INRS et la société Echodia. Echoscan a été récompensé par un Décibel d'Argent dans la catégorie « Produits, outils et méthodes ». Destiné aux médecins du travail et aux cliniciens, Echoscan est un dispositif d'aide au diagnostic de la fatigue auditive. Il permet de quantifier cette dernière avant qu'une perte auditive ne s'installe. Grâce à cet appareil il est ainsi possible de dépister de façon très précoce les effets du bruit sur l'audition en milieu professionnel.
Risque routier
Les déplacements professionnels sur autoroute
Les déplacements professionnels sur autoroute L'Association des sociétés françaises d'autoroutes (ASFA) et l'association Prévention routière publient les résultats d'une étude menée auprès d'automobilistes empruntant l'autoroute pour raisons professionnelles. L'enquête met en évidence 3 facteurs de risques importants. Le premier est lié à l'utilisation des téléphones portables au volant : 45 % des travailleurs déclarent en faire usage pendant les trajets domicile-travail et 75 % lors les déplacements longue distance. Deuxième facteur de risque : la fatigue liée à la conduite. 63 % des conducteurs longue distance reconnaissent avoir eu des épisodes de somnolence au volant sur autoroute. 21 % révèlent s'être déjà assoupi. Enfin, la vitesse constitue le troisième facteur de risque : 51,9 % des salariés en mission déclarent rouler au-dessus des limitations de vitesse et 40,3 % lors des trajets domicile/travail.
Risques psychosociaux
Premier rapport de l'Observatoire national du suicide
Premier rapport de l'Observatoire national du suicide L'Observatoire national du suicide a remis son premier rapport au ministre chargé de la Santé. Le rapport dresse un état des lieux des connaissances sur le suicide et aborde notamment la question des cas liés au travail. Le rapport pointe la difficulté à établir des liens de causalité entre les cas de suicide et les conditions de travail des victimes. Les auteurs plaident pour un renforcement de la surveillance épidémiologique. Les données disponibles permettent cependant d'évaluer les risques selon l'emploi. Elles mettent en lumière une surmortalité par suicide chez les exploitants agricoles. Elles montrent également que les ouvriers présentent un taux de suicide trois fois plus élevé que celui des cadres.
Fibres
Mise à jour de la base de données FIBREX
Mise à jour de la base de données FIBREX La base de données FIBREX vient d'être mise à jour. FIBREX regroupe plus de 6 000 données d'exposition professionnelle aux fibres organiques ou inorganiques artificielles utilisées en milieu de travail (hors amiante). Cette base de données constitue ainsi un outil précieux d'aide à l'évaluation des risques chimiques en entreprise. Elle permet d'effectuer des recherches par nom de fibre, par nom de familles de fibres, par secteur d'activité par métier ou par poste de travail. Ces informations facilitent l'identification des principales fibres utilisées dans un certain secteur d'activité à un poste de travail donné mais également le suivi de l'évolution au cours du temps des niveaux d'exposition et la comparaison avec les valeurs limites d'exposition professionnelle.

Amiante
Une note de la Direction générale du travail apporte des précisions sur la mise en oeuvre de la réglementation relative aux opérations portant sur des matériaux contenant de l'amiante : notion de retrait d'amiante, notion d'opérations de maintenance, certification des organismes, prélèvements surfaciques...
Coordination de chantier
Un arrêté du 4 novembre 2014 reporte au 31 décembre 2015, la date limite à laquelle les coordonnateurs, formés avant le 1er janvier 2013, devront disposer de l'attestation d'actualisation de la formation spécifique prévue par l'arrêté du 26 novembre 2012.


Addictions : Le portail des acteurs de santé Ce site destiné aux professionnels de santé propose des ressources destinées faciliter la prise en charge des personnes souffrant d'addiction. Une rubrique est spécialement dédiée aux médecins et infirmiers du travail.

Les risques psychosociaux Le Laboratoire d'Économie et de Sociologie du Travail (CNRS – Université Aix-Marseille) a réalisé un film pédagogique sur le thème des risques psychosociaux. Destiné autant aux acteurs de la santé au travail qu'à un public de non spécialistes, ce documentaire de 60 minutes propose une introduction pédagogique et vivante à la prévention des « RPS ».

Comment prévenir la transmission des maladies hivernales au travail ?
La grippe, les rhumes, les rhinopharyngites, les bronchites... se transmettent soit par les postillons émis lorsque l'on parle, que l'on éternue ou que l'on tousse, par contact direct des mains d'une personne infectée à une autre personne ou par l'intermédiaire d'objets contaminés (poignées de porte, téléphones...). Quelques gestes simples permettent de réduire les risques de contamination : se laver les mains plusieurs fois par jour avec du savon (ou utiliser une solution hydro alcoolique), notamment après s'être mouché, avoir toussé ou éternué ; se couvrir la bouche et le nez avec sa manche ou un mouchoir à usage unique en cas de toux ou d'éternuement. Par ailleurs, la vaccination contre le virus de la grippe saisonnière est recommandée à certains salariés fragiles (sur avis médical), aux femmes enceintes et aux personnes souffrant d'obésité. Elle est également recommandée aux professionnels de santé pour réduire les risques de contamination au sein de leurs établissements, ainsi qu'aux personnels de l'industrie des voyages (personnels navigants et accompagnateurs de groupes).




Publication
Laboratoires d'anatomie et de cytologie pathologiques. Guide pratique de ventilation (ED 6185)
Laboratoires d'anatomie et de cytologie pathologiques. Guide pratique de ventilation (ED 6185) Ce guide pratique de ventilation est consacré à la prévention du risque chimique dans les laboratoires d'anatomie et de cytologie pathologiques (ACP), en particulier par la mise en oeuvre d'installations de ventilation adaptées aux différents postes.

Publication
Choisir sa scie circulaire portative (ED 6182)
Choisir sa scie circulaire portative (ED 6182) Cette brochure a été conçue pour guider les professionnels lors de l'acquisition d'une scie circulaire portative. Il examine les différents types d'appareils et détaille leurs caractéristiques respectives : avantages, limitations, accessoires...

Publication
La désinfection des surfaces en laboratoire de biologie (ED 6188)
La désinfection des surfaces en laboratoire de biologie (ED 6188) Des micro-organismes ou des échantillons contenant des micro-organismes sont manipulés dans les laboratoires de biologie et peuvent contaminer les surfaces (paillasses, équipements, sols...). Ce document décrit les techniques et les produits utilisables pour nettoyer et désinfecter les surfaces, ainsi que les mesures de prévention des risques liés à ces pratiques.






zoom2
Nanomatériaux manufacturés
Construire aujourd'hui la prévention de demain

Nanomatriaux manufacturés : Construire aujourd'hui la prévention de demain
Depuis le début des années 90, les nanomatériaux ont connu un développement fulgurant. Ils trouvent aujourd'hui des applications dans des secteurs aussi divers que le bâtiment, l'agroalimentaire, la cosmétique, la santé ou l'informatique... En matière de santé et de sécurité au travail, le principal défi est à présent d'anticiper les usages de demain pour imaginer et développer les méthodes et les outils qui permettront de protéger efficacement les salariés. L'INRS se mobilise pour jouer pleinement son rôle dans cette réflexion prospective.

Bétons autonettoyants, pneumatiques inusables, disque durs à très haute capacité, vêtements antibactériens, médicaments ultra-ciblés, peintures anti rayures… Le point commun entre ces produits innovants ? Ils ont été rendus possibles grâce au développement des nanomatériaux manufacturés. La maîtrise des sciences de l'infiniment petit a en effet permis de manipuler la matière à l'échelle de l'atome, avec, à la clé, la fabrication de matériaux dotés de propriétés inédites. Certains de ces nanomatériaux manufacturés sont produits depuis déjà de nombreuses années dans des tonnages importants. C'est le cas par exemple du dioxyde de titane, du noir de carbone ou de la silice amorphe. D'autres, plus récents, sont fabriqués dans des quantités moindres comme les nanotubes de carbone, les quantums dots ou les dendrimères. La fréquence à laquelle apparaissent les nouvelles applications laisse présumer que nous ne sommes qu'au début de la révolution « nano ». Cette rupture technologique ouvre des perspectives importantes en termes d'innovation, de développement économique et de création d'emplois. Les entreprises qui fabriquent ou utilisent des nanomatériaux sont chaque jour plus nombreuses. En France, 5 000 salariés en entreprise et 7 000 chercheurs sont déjà concernés.


Malgré les incertitudes, la prévention progresse

En matière de santé au travail, l'enjeu est d'accompagner au mieux, le développement des usages industriels des nanomatériaux. Ces produits chimiques suscitent en effet certaines inquiétudes. L'exposition aux nanomatériaux pourrait représenter un risque pour les travailleurs. Les nanomatériaux peuvent pénétrer dans l'organisme, principalement par inhalation ou par ingestion. Une fois dans l'organisme, les particules les plus petites seraient capables de franchir les barrières biologiques et d'atteindre certains organes comme le foie, le coeur et le cerveau. Les connaissances sur la toxicité de ces nanomatériaux demeurent parcellaires. Néanmoins plusieurs études incitent à la prudence. Chez l'animal, des effets nocifs ont pu être mis en évidence avec certains nanomatériaux : inflammation, fibrose, pathologies pulmonaires... Les données relatives aux expositions professionnelles commencent, quant à elles, à se préciser grâce notamment à la mobilisation de plusieurs organismes français (INRS, CEA, Ineris, ...). Mais elles restent encore limitées. Depuis 2007, l'INRS s'est fortement mobilisé sur la prévention des risques liés aux nanomatériaux manufacturés. Malgré les incertitudes qui demeurent, des mesures de protection ont pu être définies pour réduire les expositions des salariés. La démarche globale de prévention préconisée se rapproche de celle recommandée pour les agents chimiques dangereux : substitution ou modification du procédé (travail en milieu liquide par exemple), délimitation et signalement des zones présentant un risque d'exposition, confinement des procédés, captage des polluants à la source, ventilation et épuration de l'air, formation et information des salariés, port d'équipements de protection individuelle (appareil de protection respiratoire, combinaison jetable, gants étanches, lunettes...).


Anticiper les usages futurs

À moyen terme, la pertinence et l'efficacité des moyens de prévention à mettre en oeuvre seront largement conditionnées par les évolutions des usages des nanomatériaux. Il s'agit certes de mieux identifier les besoins des entreprises concernées aujourd'hui mais également d'anticiper les besoins de celles qui le seront demain. Cela suppose d'imaginer et de croiser toutes les réponses possibles à certaines questions : Quelle ampleur prendront les nanomatériaux dans la recherche et l'industrie ? Quelles seront les évolutions technologiques dans ce domaine ? Comment le tissu économique se structurera-t-il ? Les TPE/PME y resteront-ils les principaux acteurs ? Comment la société civile acceptera-t-elle ces nouvelles technologies ? Comment la réglementation peut-elle évoluer et influer sur les pratiques des entreprises ?... Dans le cadre du projet NANO 2030, un groupe d'expert coordonné par l'INRS a mené une réflexion prospective pour dessiner les futurs possibles ainsi que leurs répercussions en matière de santé et de sécurité au travail. Ce travail a permis de définir 4 scénarios (voir encadré). L'objectif est de mieux cerner les dangers à venir et de circonscrire les risques de crise sanitaire en veillant à ce que la prévention suive au plus près le rythme et les orientations du développement des nanomatériaux.


Nanomatériaux manufacturés et santé au travail à l'horizon 2030 : 4 scénarios
 
Dans le cadre du projet NANO 2030 « Les nanomatériaux manufacturés à l'horizon 2030 – Conséquences en santé et sécurité au travail dans les petites entreprises en France », l'INRS et ses partenaires* ont élaboré 4 scénarios sur l'évolution du développement des nanomatériaux en France avant de déduire l'impact de chacun d'entre eux sur la prévention des risques professionnels.
* ANSES, École nationale des ponts et chaussées, InVS, Université de Bretagne sud, Institut Jean-Lamour - Université de Lorraine, SUVA et CARSAT Alsace-Moselle.

Scénario 1 : Un engagement fort et fructueux de l'État et des entreprises : un développement massif
La révolution technologique s'est opérée avec de multiples applications dans tous les secteurs d'activités, faisant des nanomatériaux un vecteur de croissance et d'emploi en France et en Europe. Les industriels disposent à la fois des outils et des moyens financiers pour innover, produire et prévenir les risques. L'État a accompagné et soutenu la recherche & développement de nanomatériaux, l'enseignement qualifiant dans les écoles et universités et le transfert des résultats du monde académique vers celui de l'industrie. Les outils utilisés pour évaluer les risques pour la santé et l'environnement ont de surcroît démontré une bonne prédictivité. Cette connaissance a priori des risques permet une industrialisation et une commercialisation sereines, en l'absence de risque attendu, ou en présence d'un bénéfice espéré supérieur au risque encouru. Les nouveaux produits sont correctement « catégorisés », ce qui permet la mise en place de moyens de prévention des risques professionnels adaptés.

Scénario 2 : Un rejet éclairé de la part de la société : un développement dans quelques rares filières stratégiques
Dans un contexte politique et économique dégradé, les acteurs publics ou privés n'ont pu s'organiser et les marchés se trouvent peu structurés, ce qui impacte la profitabilité de quelques rares secteurs concernés par les nanomatériaux manufacturés. Face à cette situation, les systèmes publics de prévention des risques professionnels ne sont pas les bienvenus dans les entreprises. Par ailleurs, la méfiance avisée du public vis-à-vis de l'innovation et la crainte d'un éventuel nouveau risque sanitaire influent fortement sur les positionnements institutionnels. L'utilisation de nanomatériaux est abandonnée dans de nombreux domaines d'activités ou ne trouvent plus de débouchés. Pour les entreprises, les interventions de l'État, à travers une application sans nuance du principe de précaution, peuvent peser gravement.

Scénario 3 : Une mainmise industrielle : un développement dans des secteurs porteurs
En présence d'une croissance faible, la dérégulation du marché du travail s'accentue et le contrat individuel entre l'entreprise et le travailleur est devenue la règle. Face au manque de structures de valorisation au plan national, quelques entreprises initient la création de plateformes privées de transfert de technologie, d'entités type start-up et de quelques îlots d'excellence en matière de formation sur les nanomatériaux. Quelques groupes internationaux investissent fortement mais de façon ciblée dans le développement d'applications utilisant des nanomatériaux (pharmacie, électronique, énergie, transport). Faute de budgets publics suffisants, les risques pour la santé et l'environnement demeurent incertains, la prévention relève du ressort des entreprises et s'exprime majoritairement en terme de réparation et non pas en termes de prévention primaire.

Scénario 4 : Une volonté régionale soutenue : un développement en fonction des compétences locales
L'émergence d'une Europe forte politiquement et économiquement, apporte une embellie en termes de croissance. De nombreuses régions, transfrontalières, investissement dans des secteurs bien précis considérés comme stratégiques ou porteurs, en fonction de la spécificité du tissu industriel. Les compétences locales sont ainsi valorisées, mais les échanges et collaborations se trouvent parfois limités par ce cloisonnement spécifique du savoir-faire, ce qui peut contribuer à réduire l'innovation. Cette absence de visibilité nationale, conduit à une méconnaissance des dangers des nanomatériaux manufacturés. La protection de la santé des travailleurs répond à des exigences très générales définies au niveau européen, mais elle est pilotée par les instances régionales.

Flèche lienTélécharger la synthèse du rapport Nano 2030 [PDF]
Le rapport complet de l'exercice de prospective Nano 2030 est disponible sur demande.

Communiqué : Prospective NANO 2030
Prospective NANO 2030
Article : Nanomatériaux : Quels risques ? Quelle prévention ?
Nanomatériaux :
Quels risques ?
Quelle prévention ?
Publication : Les nanomatériaux. Risques pour la santé et mesures de prévention (ED 6064)
Les nanomatériaux.
Risques pour la santé
et mesures de prévention
(ED 6064)
Publication : Aide au repérage des nanomatériaux en entreprise (ED 6174)
Aide au repérage
des nanomatériaux
en entreprise (ED 6174)



La Lettre d'information est éditée par le département Produits d'information de l'Institut national de recherche et de sécurité (INRS). Directeur de la publication : Stéphane PIMBERT, directeur général de l'INRS. Rédacteur en chef : Jacques GOZZO. Routage : logiciel SYMPA. Copyright INRS. Tous droits réservés. Conformément à la loi 2004-801 du 6 août 2004 (...) modifiant la loi 78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent. Pour l'exercer, adressez-vous à l'INRS - 65 boulevard Richard Lenoir - 75011 Paris ou écrivez à contact@kiosque.inrs.fr



Nous contacter | Modifier ses données personnelles | Se désabonner