Si ce message ne s'affiche pas correctement, téléchargez la version pdf ou contactez-nous pour changer de version
 
Décembre 2014
Travail en extérieur en hiver
Froid : la vigilance s'impose
Froid : la vigilance s'impose
À l'approche de l'hiver, le froid peut devenir un risque pour de nombreux salariés, particulièrement ceux qui exercent leur activité en extérieur. La baisse des températures impose une certaine vigilance en matière de prévention. Quelques mesures simples permettent de réduire les risques. L'objectif prioritaire est de limiter le temps de travail au froid.
Article : Travailler dans des ambiances froides
Travailler dans
des ambiances froides
Article : Travail au froid
Travail au froid
Publication : Ambiances thermiques : travailler au froid
Ambiances thermiques :
travailler au froid
Site web : Exposition au froid
Exposition au froid
Nanomatériaux
Prospective NANO 2030
Prospective NANO 2030 Anticiper les conséquences possibles du développement des nanomatériaux manufacturés sur la santé et la sécurité des travailleurs à l'horizon 2030, c'est l'objectif de l'exercice de prospective NANO 2030 initié par l'INRS. Un groupe d'experts pluridisciplinaires de l'INRS et de ses partenaires (ANSES, Ecole nationale des ponts et chaussées, InVS, Université de Bretagne sud, Institut Jean-Lamour - Université de Lorraine, SUVA et CARSAT Alsace-Moselle), a élaboré des hypothèses sur l'évolution du développement des nanomatériaux en France avant de déduire l'impact de chacun d'entre eux sur la prévention des risques professionnels. Les résultats de cette approche inédite : 4 scénarios qui permettent d'éclairer et d'explorer des futurs possibles.
Environnement de travail
Cartographie des expositions aux contraintes physiques
Cartographie des expositions aux contraintes physiques Près d'un tiers des salariés français se déclarent exposés aux nuisances sonores au travail. C'est ce que montre une récente publication de la Dares réalisée à partir des données de l'enquête Sumer 2010. Le document dresse un état des lieux complet des expositions professionnelles aux contraintes physiques (bruit, température, radiations, vibrations, manutentions manuelles...). Il passe en revue chaque type de contrainte et propose pour chacune, une fiche dédiée fournissant des éléments descriptifs détaillée sur la population exposée (catégorie socioprofessionnelle, sexe, taille et activité l'entreprise, famille professionnelle...) et sur les expositions (durées, protections collectives et individuelles mises en oeuvre...).
Horaires atypiques
Travail en horaires décalés et vieillissement cognitif
Travail en horaires décalés et vieillissement cognitif Selon une récente étude franco-britannique publiée dans la revue Occupational and Environmental Medicine, le travail en horaires décalés et le travail de nuit auraient un effet accélérateur sur le vieillissement cognitif. Sur le long terme, ces rythmes de travail affecteraient la mémoire, l'attention et la vitesse de réaction des salariés. Après dix ans d'exposition, les pertes cognitives sont équivalentes à 6,5 années de vieillissement cognitif supplémentaires par rapport aux salariés ayant eu des horaires standards. Les effets observés sont toutefois réversibles : cinq ans après avoir repris un rythme de vie normal complet, les fonctions cognitives retrouvent un niveau équivalent à celui des groupes témoins. Ces travaux viennent souligner une nouvelle fois l'impact des rythmes de travail sur la santé humaine. Le travail de nuit et le travail posté favorisent en effet la survenue de certaines pathologies (troubles digestifs, stress, syndromes dépressifs, maladies cardiovasculaires) et augmenteraient les risques de cancer.
Commerce de proximité
Commerces franchisés, des atouts en matière de prévention
Commerces franchisés, des atouts en matière de prévention L'INRS et le cabinet Adventi ont réalisé une enquête sur la prise en compte de la santé et de la sécurité dans le secteur du commerce de proximité franchisé. L'étude menée auprès de 12 enseignes a montré notamment que la structuration en franchise possède un atout important. L'intégration des questions de santé et de sécurité parmi les savoir-faire transmis et contrôlés par le franchiseur favorise en effet la mise en place d'actions dès la phase de conception ou d'aménagement des points de vente, contribuant ainsi à réduire les risques à la source.
Formation
Une nouvelle formation de l'INRS pour les infirmiers en santé au travail
Une nouvelle formation de l'INRS pour les infirmiers en santé au travail Former les infirmiers à la prise de fonction en s'appropriant les connaissances essentielles en santé au travail, c'est l'objectif de la nouvelle formation proposée par l'INRS. Ce stage intitulé Dynamiser sa prise de fonction d'infirmier en santé au travail (II2303) permet notamment d'acquérir les notions de base essentielles à la compréhension de la santé au travail ou encore de savoir se situer au sein d'une équipe pluridisciplinaire et dans l'accompagnement de la démarche de prévention de l'entreprise. La formation s'adresse aux infirmiers diplômés d'État (IDE) en fonction dans un service de santé au travail depuis moins de 2 ans. Elle se déroule en 4 séquences de 3 jours, pour une durée totale de 12 jours. La première session aura lieu à Paris et débutera le 20 janvier 2015.

Biocides
Un règlement européen n° 1062/2014 définit les règles de mise en oeuvre du nouveau programme d'examen des substances actives existantes dans des produits biocides : évaluation des dossiers de demande d'approbation, autorisation, inclusion dans le programme d'examen de nouvelles substances actives existantes.
Accessibilité
Deux décrets du 5 novembre 2014 apportent des précisions sur les conditions de mise en accessibilité des établissements recevant du public existants ainsi que sur les dérogations possibles à l'obligation d’accessibilité.


Chutes de hauteur : le jeu Sur sa page Facebook l'OPPBTP a lancé un jeu en ligne sur le thème des chutes de hauteur. Objectif : sensibiliser les jeunes sur cette problématique.




Agrobat Le site agrobat.fr vient de connaître une importante refonte. Ce site, créé par la CARSAT Sud Est, propose des informations pratiques sur la conception des lieux et des situations de travail dans le secteur agroalimentaire et les métiers de bouche.

Peut-on consommer des boissons alcoolisées lors des fêtes d'entreprise ?
Conformément à l'article R. 4228-20 du Code du travail, aucune boisson autre que le vin, la bière, le cidre et le poiré n'est autorisée sur le lieu de travail (R. 4228-20). L'employeur, à travers le règlement intérieur ou une note de service, peut limiter ou interdire cette consommation d'alcool si elle est susceptible de porter atteinte à la sécurité et la santé physique et mentale des travailleurs. De plus, l'article R. 4228-21 interdit de laisser entrer ou séjourner sur le lieu de travail des personnes en état d'ivresse. En cas d'accident subi ou provoqué par un salarié ivre, la responsabilité de l'entreprise peut être engagée. Si l'employeur choisit d'autoriser la consommation d'alcool, notamment dans le cas des fêtes ou pots d'entreprise, certaines mesures peuvent contribuer à prévenir les risques : limiter les quantités de boisson proposées, rappeler les risques liés à l'alcool, fournir de quoi se restaurer (afin de limiter le pic d'alcoolémie), mettre des éthylotests à disposition du personnel (pour un usage anonyme), ou encore établir une procédure à suivre face à un salarié dans l'incapacité d'assurer son travail et/ou de conduire son véhicule en toute sécurité... Pour mémoire, un verre d'alcool fait augmenter l'alcoolémie de 0,2 à 0,25 g/l. L'organisme met environ 1h30 pour éliminer un verre d'alcool.




Publication
Transport routier de marchandises (ED 6193)
Transport routier de marchandises (ED 6193) Ce dépliant de sensibilisation s'adresse aux chefs d'entreprise du transport routier de marchandises. Il présente les situations à risques ainsi que les bons réflexes à adopter pour mettre en place une démarche de prévention efficace. Une nouvelle rubrique dédiée à ce secteur est également accessible sur le site de l'INRS. Elle recense notamment les principales ressources disponibles pour évaluer et prévenir les risques.

Publication
Rouler et manutentionner. Guide de choix des équipements de poids lourds (ED 6189)
Rouler et manutentionner. Guide de choix des équipements de poids lourds (ED 6189) Ce guide dresse un inventaire des équipements et des outils participant à la réduction de la pénibilité du travail des conducteurs routiers de poids lourds. Il présente notamment leurs avantages respectifs pour la prévention des risques lors de la conduite, des manoeuvres ou de la manutention des charges.

Publication
Élimination des sources d'inflammation dans les zones à risque d'explosion (ED 6183)
Élimination des sources d'inflammation dans les zones à risque d'explosion (ED 6183) Cette brochure propose des informations claires et pratiques pour aider les entreprises à identifier mais aussi à éliminer ou maîtriser les sources d'inflammation susceptibles d’être à l'origine d'explosions.






zoom2
Travail en extérieur en hiver
Froid : la vigilance s'impose

Froid : la vigilance s'impose
À l'approche de l'hiver, le froid peut devenir un risque pour de nombreux salariés, particulièrement ceux qui exercent leur activité en extérieur. La baisse des températures impose une certaine vigilance en matière de prévention. Quelques mesures simples permettent de réduire les risques. L'objectif prioritaire est de limiter le temps de travail au froid.

Durant l'hiver, les travaux en extérieur peuvent exposer les salariés à des températures très basses. De nombreux secteurs sont concernés : BTP, transport, travaux agricoles, pêche en mer, entretien et maintenance de bâtiments, de lignes électriques et de certains appareillages industriels, commerces… Les salariés en postes fixes dans des lieux de travail insuffisamment chauffés (hangars, entrepôts…) peuvent également souffrir du froid. Il est à souligner que les risques ne se limitent pas à la seule période hivernale. Ils concernent toute l'année les quelques 100 000 personnes qui travaillent en chambre climatisée (0 à 10°C) ou en chambre froide (-30 à 0°C).


Hypothermie, engelures, accidents...

Le froid, naturel ou artificiel, peut présenter un risque pour la santé et la sécurité des salariés. En cas d'exposition prolongée à des températures basses, l'hypothermie constitue le risque le plus sérieux. Elle est caractérisée par une chute de la température interne inférieure à 35°C. Les conséquences peuvent être dramatiques : troubles de la conscience, coma, décès. Le froid peut aussi provoquer des lésions cutanées allant de l'engelure bénigne aux gelures graves susceptibles de laisser des séquelles permanentes. Les basses températures peuvent avoir d'autres effets sur la santé comme l'apparition de troubles vasomoteurs (sensation de doigts morts, perte de sensibilité…) ou un risque accru de troubles musculosquelettiques. Le froid favorise également la survenue d'accidents (glissades, perte de dextérité, accidents de la circulation...). Il augmente aussi la fatigue des salariés du fait de la hausse de leur dépense énergétique.


Évaluer les risques

L'évaluation des risques constitue la première étape de la démarche de prévention. L'objectif est d'identifier les situations de travail susceptibles de représenter un danger pour les salariés. Dans cette évaluation, le facteur climatique est le premier paramètre à prendre en compte. Dès 15°C, le froid peut être source d'inconfort pour les postes sédentaires. Lorsque la température ambiante (à l'abri du vent) est inférieure à 5°C, la vigilance s'impose. En extérieur, la sensation de refroidissement peut être aggravée en cas d'exposition au vent. C'est également le cas si l'humidité de l'air est importante. Les risques dépendent aussi des tâches effectuées par les salariés. Par exemple, un travail physique intense peut provoquer la transpiration, ce qui va accélérer le refroidissement si le salarié n’a pas la possibilité de remplacer ses vêtements humides par des vêtements secs. De même, certains facteurs individuels (âge, condition physique, antécédents médicaux, consommation d'alcool…) contribuent à augmenter les risques.


Prévenir les risques

Si les risques sont avérés, l'objectif prioritaire doit être d'éviter ou de limiter le temps de travail au froid. Cela passe notamment par la mise en place de mesures organisationnelles : planifier les activités en extérieur en tenant compte des prévisions météorologiques (température, humidité, vitesse de l'air, précipitations), réduire la durée du travail au froid, limiter le port des charges ou à défaut travailler en binôme, augmenter le nombre et la durée des pauses et des temps de récupération... L'effort de prévention doit aussi porter sur l'aménagement des postes de travail : ajout de chauffages localisés, isolation des locaux, mise en place d'aides à la manutention manuelle, pose de revêtements de sols antidérapants, pose d'isolants sur les surfaces métalliques pour éviter les contacts accidentels, aménagement d'abris chauffés et permettant de consommer des boissons chaudes ou de faire sécher des vêtements... L'employeur doit également mettre à disposition de ses salariés des équipements adaptés : gants, chaussures antidérapantes, casque de sécurité avec doublure isolante, vêtements de protection contre le froid... Le salarié, qui doit être informé des risques qu'il encourt, peut agir en adoptant une tenue vestimentaire adéquate.


Travail au froid : quelques conseils pratiques pour les salariés
 

En cas de grands froids, ou de journées froides et venteuses, reporter, si possible, les déplacements et journées de travail à l'extérieur.
  • Porter des vêtements adaptés : plusieurs couches de vêtements sont plus efficaces qu'un seul vêtement épais (première couche isolante en cas de travail en extérieur). Éviter les vêtements près du corps qui pourraient faire transpirer.
  • Porter un bonnet, des gants et des chaussures antidérapantes.
  • Quand on est au froid, essayer de rester en mouvement. Alterner les phases d'activité et les pauses dans un espace chauffé (mais pas surchauffé).
  • Manger régulièrement et penser à s'hydrater avec des boissons chaudes.
  • Apprendre à reconnaître les signaux d'alerte de l'hypothermie : engourdissement, rigidité, frissons, fatigue, peau froide, somnolence, confusion…
  • Éviter de consommer de l'alcool qui pourrait fausser la perception du froid.
 

Article : Travailler dans des ambiances froides
Travailler dans
des ambiances froides
Article : Travail au froid
Travail au froid
Publication : Ambiances thermiques : travailler au froid
Ambiances thermiques :
travailler au froid
Site web : Exposition au froid
Exposition au froid



La Lettre d'information est éditée par le département Produits d'information de l'Institut national de recherche et de sécurité (INRS). Directeur de la publication : Stéphane PIMBERT, directeur général de l'INRS. Rédacteur en chef : Jacques GOZZO. Routage : logiciel SYMPA. Copyright INRS. Tous droits réservés. Conformément à la loi 2004-801 du 6 août 2004 (...) modifiant la loi 78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent. Pour l'exercer, adressez-vous à l'INRS - 65 boulevard Richard Lenoir - 75011 Paris ou écrivez à contact@kiosque.inrs.fr



Nous contacter | Modifier ses données personnelles | Se désabonner