Si ce message ne s'affiche pas correctement, téléchargez la version pdf ou contactez-nous pour changer de version
bandeau-top
bandeau-bleft Janvier 2016
bandeau-filet
Abonnement Transmettre Archives RSS Contact PDF Facebook Tweeter
 
Voeux 2016
 
zoom
Plasturgie
Un secteur à risques
La plasturgie, un secteur à risques  
  Présents dans de nombreux produits industriels, les plastiques recouvrent une grande diversité de matières et leur fabrication expose à une multitude de risques professionnels : risques liés à l'utilisation de substances chimiques, aux manutentions, risques d'incendie-explosion, bruit généré par les machines, risques de chutes... Même si le nombre d'accidents du travail est en baisse dans les entreprises de transformation des matières plastiques, ce secteur reste très sensible. La manutention manuelle est notamment à l'origine de plus de la moitié des accidents.

puce-orange  Lire la suite

point-ico Dossier Travail & Sécurité
L'industrie de la plasturgie
p
point-ico Publication
Atelier de plasturgie - Guide pratique de ventilation (ED 6146/INRS)
p
point-ico Publication
Matières plastiques et adjuvants - Hygiène et sécurité (ED 638/INRS)
p
point-ico Publication
Identifier les composés libérés lors de la dégradation thermique des plastiques (Hygiène & Sécurité du Travail/N° 237)
p
 
 
rub-actus

Troisième Plan santé au travail

Les orientations pour la période 2016-2020

Les orientations 2016-2020 du troisième Plan santé au travail
Le troisième Plan santé au travail (PST3) a été adopté par Le Conseil d'orientation des conditions de travail (Coct) lors de la séance du 8 décembre 2015, présidée par Myriam El Khomri, ministre du Travail, de l'Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social. Il donne la feuille de route du gouvernement en matière de santé au travail pour la période de 2016 à 2020. Salué par les organisations syndicales et patronales, le PST3 met l'accent sur la prévention et prend ses distances avec une logique de réparation. Ses axes stratégiques sont, d'une part, de « donner la priorité à la prévention primaire et développer la culture de prévention » et, d'autre part, d'« améliorer la qualité de vie au travail, levier de santé, de maintien en emploi des travailleurs et de performance économique et sociale de l'entreprise ». Un axe transversal est dédié au renforcement de la place du dialogue social au cœur de la politique de santé au travail et à la constitution d'un réseau d'acteurs de la prévention agissant auprès des entreprises, en particulier les TPE/PME.

- Le plan santé au travail 2016-2020 [PDF]
 

Toxiques pour la reproduction

14 nouvelles fiches Demeter

14 nouvelles fiches Demeter
14 nouvelles fiches ont été publiées dans le guide Demeter (Documents pour l'évaluation médicale des produits toxiques vis-à-vis de la reproduction), qui en contient désormais près de 150. Destiné en particulier aux médecins du travail, ce guide a pour but de fournir une aide à l'évaluation du risque pour la reproduction lors d'exposition d'hommes ou de femmes en milieu professionnel à des substances chimiques. Chaque fiche contient des informations sur les dangers vis-à-vis de la reproduction, pour permettre au médecin d'évaluer le risque dû à l'exposition en fonction de sa période de survenue (avant la conception, pendant la grossesse ou l'allaitement). Des propositions de conduite à tenir sont fournies.

- En savoir plus
- Le dossier CMR de l'INRS
 

Évaluation du risque chimique

Seirich : le déploiement continue

Seirich : le déploiement continue
Seirich est un outil d'évaluation en ligne du risque chimique au travail proposant une démarche en quatre étapes : un inventaire, l'analyse de l'utilisation des produits chimiques, l'évaluation des risques et un plan d'action. Depuis son lancement en septembre 2015, plusieurs fonctionnalités nouvelles, proposées par les utilisateurs, ont été intégrées. Elles permettent, par exemple, la prise en compte de la maintenance des installations dans l'évaluation des risques, la fusion des inventaires et des évaluations des risques pour les utilisateurs d'une même entreprise ou encore l'impression de l'aide en ligne qui décrit l'ensemble des fonctionnalités de l'outil. À ce jour, plus de 17 000 téléchargements ont eu lieu.

- Pour télécharger Seirich et connaître les dates des prochaines réunions d'informations en régions
 

Béton

Renouvellement d'une convention nationale d'objectifs

Béton : renouvellement d'une convention nationale d'objectifs
Le Syndicat national du béton prêt à l'emploi (SNBPE) et le Syndicat national du pompage du béton (SNPB) ont renouvelé leur convention nationale d'objectifs avec l'Assurance maladie-Risques professionnels. Celle-ci permettra à nouveau, pour quatre ans, aux entreprises de moins de 200 salariés de bénéficier d'une expertise et d'un financement dans le cadre de la réalisation de projets d'amélioration de la santé et de la sécurité au travail. Le dispositif sera complété par la mise en place d'actions de partage sur les politiques menées. La convention vise notamment la prévention des risques de chute dans les unités de production, autour des moyens de transport, ainsi que des risques de collision véhicules-piétons. Les problématiques d'entretien des camions toupies et la prévention des risques liés à la manutention sont également évoquées.

- La circulaire (CIR-18/2015)
 

rub-juridiques

Pénibilité

Les dispositions réglementaires relatives à la pénibilité au travail sont modifiées par une série de textes publiés au Journal officiel du 31 décembre 2015. Les modifications concernent notamment la déclaration de l'exposition des travailleurs à la pénibilité (utilisation de la déclaration sociale nominative, seuils d'exposition au-delà desquels la déclaration est nécessaire, établissement d'une fiche de suivi des expositions pour les travailleurs relevant de régimes spéciaux de retraite, communication des informations au médecin du travail), l'évaluation de l'exposition des salariés (classes et catégories de danger dont relèvent les agents chimiques dangereux, grille d'évaluation de l'exposition à ces agents, conditions de prise en compte des référentiels professionnels de branche), le contrôle des caisses de Sécurité sociale sur l'effectivité et l'ampleur de l'exposition.

- L'arrêté fixant les conditions d'agrément des agents chargés des missions de contrôle portant sur l'effectivité et l'ampleur de l'exposition aux facteurs de risques professionnels ou de l'exhaustivité des données déclarées dans le cadre du compte personnel de prévention de la pénibilité [PDF]
- L'arrêté relatif à la demande d'utilisation des points inscrits sur le compte personnel de prévention de la pénibilité au titre du 1°, du 2° ou du 3° du I de l'article L. 4162-4 du code du travail [PDF]
- L'arrêté relatif au contenu de l'attestation prévue à l'article R. 4162-15 du code du travail [PDF]
- L'arrêté relatif à la liste des éléments transmis par l'employeur à la caisse et à leurs modalités de transmission dans le cadre de l'utilisation des points inscrits sur le compte personnel de prévention de la pénibilité pour le passage à temps partiel [PDF]
- Le décret n° 2015-1888 relatif à la simplification du compte personnel de prévention de la pénibilité et à la modification de certains facteurs et seuils de pénibilité [PDF]
- L'arrêté abrogeant celui du 30 janvier 2012 relatif au modèle de fiche prévu à l'article L. 4121-3-1 du code du travail [PDF]
- L'arrêté relatif à la grille d'évaluation mentionnée à l'article D. 4161-2 du code du travail [PDF]
- L'arrêté relatif à la liste des classes et catégories de danger mentionnée à l'article D. 4161-2 du code du travail [PDF]
 

Modalités de dérogation pour les travaux interdits aux jeunes

Un décret du 3 décembre 2015 définit les modalités d'affectation de jeunes de moins de 18 ans en situation de formation professionnelle dans la fonction publique d'État, à des travaux interdits susceptibles de dérogation, sur déclaration préalable à l'inspecteur santé et sécurité au travail.

- Le décret [PDF]
 

Établissements de soins

Un décret du 4 décembre 2015 modifie les modalités d'organisation et de fonctionnement des services de santé au travail dans les hôpitaux : différents types de services de santé au travail autonomes, rapports annuels, contrat du médecin du travail, équipe pluridisciplinaire...

- Le décret [PDF]
 

rub-sur-le-web
Des diaporamas sonores sur le site de Travail & Sécurité

Des diaporamas sonores sur le site de Travail & Sécurité

Le site internet de Travail & Sécurité propose une immersion au coeur de la prévention avec des diaporamas sonores (nouveau média associant photo et prise de son), venant compléter certains reportages publiés dans la revue. Cette déclinaison très visuelle offre une nouvelle approche de la réalité des situations de travail évoquées dans les articles. Les deux premiers diaporamas sonores, réalisés dans un atelier de galvanisation et sur un chantier naval, sont d'ores et déjà disponibles.
 
Les témoignages d'Entreprise et Santé

Les témoignages d'Entreprise et Santé

La chaîne Youtube d'Entreprise et Santé, le magazine des services de santé au travail du Nord - Pas de Calais - Picardie, met en avant des actions de prévention menées en entreprise. L'une des vidéos proposées présente par exemple l'action menée par un fabricant de carrosseries vis-à-vis des risques liés aux fumées de soudage, en partenariat avec le service de santé au travail et la Carsat.
 
Travaux en hauteur, pas droit à l'erreur

Travaux en hauteur, pas droit à l'erreur

Les chutes de hauteur demeurent l'une des principales causes d'accidents graves et de décès dans le BTP. Sur un site dédié, l'OPPBTP retrace l'essentiel des bons réflexes à adopter (organisation de chantier, équipements, formation) et propose un test réalisable en quelques minutes pour connaître son niveau de prévention sur ce thème.
 

rub-enquestion-top
rub-enquestion-bottom

Existe-t-il des risques liés à l'utilisation répétée de désinfectants à base de solutions hydro-alcooliques, notamment dans les milieux de soins ?

point-vert

Le travail en milieu humide est l'un des principaux facteurs de risque d'apparition d'une dermatose des mains en milieu professionnel et le lavage des mains le premier facteur de risque d'irritation. Les professionnels de santé manipulent par ailleurs un grand nombre de produits irritants (détergents, désinfectants...). Des cas d'allergie aux solutions hydro-alcooliques (SHA), incriminant notamment l'alcool isopropylique, ont déjà été rapportés mais ils restent rares. Le pouvoir irritant des SHA est semble-t-il modéré et les études existantes témoignent d'une meilleure tolérance cutanée de ces solutions par rapport aux autres produits utilisés pour l'antisepsie des mains, en particulier les savons antiseptiques. Pourtant, certains professionnels de santé perçoivent les SHA comme plus irritantes que les savons désinfectants, du fait notamment de la sensation de brûlure provoquée par le contact de l'alcool sur une peau préalablement irritée.

Aujourd'hui, l'Organisation mondiale de la santé préconise l'utilisation de SHA pour l'hygiène des mains de routine au cours des soins. Le lavage des mains au savon doux et à l'eau est conseillé lorsque les mains sont sales ou visiblement souillées par du sang ou des liquides biologiques. Enfin, il est indispensable d'associer à la mise en place de bonnes pratiques d'hygiène et de prévention une information et une éducation des professionnels de santé.

- En savoir plus


rub-agenda-top
rub-agenda-bottom

21 et 22 janvier – Paris, Institut Pasteur

2e colloque international du Programme national de recherche sur les perturbateurs endocriniens
Organisateur : Anses

23 janvier – Arras / 30 janvier – Lille

Usure et désinsertion professionnelle dans les TPE du BTP
Organisateur : ISTNF

27 janvier – Talence, IUT de Bordeaux

Journée Prévention-Ergonomie
Compte Pénibilité et Loi Rebsamen : Quels impacts pour la prévention au quotidien ? [PDF]
Organisateurs : Société d'ergonomie de langue française (SELF) et IUT de Bordeaux

18 mars – Paris

La santé au travail en temps de crise(s) [PDF]
Organisateur : Evrest

16 au 18 mars – Rotterdam, Pays-Bas

6e congrès de la Fédération des infirmiers de santé au travail dans l'Union Européenne
Organisateur : FOHNEU

24 mars – Paris

Débats d'Eurogip - Pathologies psychiques et travail en Europe [PDF]
Organisateur : Eurogip

1er au 3 juin – Paris

Colloque international – Perturbateurs endocriniens et agents sensibilisants
Organisateurs : INRS, AISS

21 au 24 juin – Paris

34e Congrès national de médecine et de santé au travail
Organisateurs : la Société française de médecine du travail et les trois sociétés de médecine du travail d'Île-de-France (Metranep, SMTE et SMTOIF)

6 au 8 juillet – Biarritz

Ergo'IA 2016
Organisateur : École supérieure des technologies industrielles avancées

btn-consulter-agenda


rub-vient-de-paraitre-top
rub-vient-de-paraitre-bottom

Publication

La brochure ED 6207

Mémento du règlement CLP (ED 6207)

Cette brochure présente une synthèse des prescriptions du règlement CLP (règlement (CE) n° 1272/2008) modifié en matière de classification, d'étiquetage et d'emballage des produits chimiques, dont elle rappelle notamment l'origine, les grandes lignes et le champ d'application.
- La brochure ED 6207
- Le dossier Classification et étiquetage des produits chimiques de l'INRS

Brochure

Mise à quai des poids lourds (ED 6208)

Mise à quai des poids lourds (ED 6208)

L'offre de dispositif d'aide à la conduite, d'aide visuelle ou de détection visant à assister les conducteurs de poids lourds lors de manoeuvres en marche arrière ne doit pas faire penser aux utilisateurs que l'équipement des véhicules suffit à supprimer tout risque de collision. Ce guide propose un accompagnement pour le déploiement de ces dispositifs et passe en revue un certain nombre de caractéristiques auxquelles devraient répondre les systèmes d'aide visuelle et de détection.
- La brochure ED 6208

Aide-mémoire technique

Assainissement de l'air des cabines d'engins mobiles (ED 6228)

Ce document a pour objectif d'édicter des recommandations pour les cabines pressurisées à air épuré en termes de performances, de réception, d'utilisation, de contrôle et de maintenance. Le recours à ces cabines est recommandé pour limiter l'exposition des conducteurs d'engins évoluant dans des atmosphères susceptibles d'être dangereuses pour la santé.
- L'aide-mémoire technique ED 6228


 
 
zoom
Plasturgie
Un secteur à risques
La plasturgie, un secteur à risques  
  Présents dans de nombreux produits industriels, les plastiques recouvrent une grande diversité de matières et leur fabrication expose à une multitude de risques professionnels : risques liés à l'utilisation de substances chimiques, aux manutentions, risques d'incendie-explosion, bruit généré par les machines, risques de chutes... Même si le nombre d'accidents du travail est en baisse dans les entreprises de transformation des matières plastiques, ce secteur reste très sensible. La manutention manuelle est notamment à l'origine de plus de la moitié des accidents.
point-ico Dossier Travail & Sécurité
L'industrie de la plasturgie
p
point-ico Publication
Atelier de plasturgie - Guide pratique de ventilation (ED 6146/INRS)
p
point-ico Publication
Matières plastiques et adjuvants - Hygiène et sécurité (ED 638/INRS)
p
point-ico Publication
Identifier les composés libérés lors de la dégradation thermique des plastiques (Hygiène & Sécurité du Travail/N° 237)
p
 
  Avec 7 % des emplois de l'industrie manufacturière en France, la plasturgie reste un secteur majeur, malgré une forte compétition internationale. Industries automobiles, domaine médical, ou encore fabricants d'équipements électriques et électroniques, de matériaux de construction, d'emballages… les utilisateurs de matières plastiques sont très variés dans l'Hexagone. Si l'on considère uniquement les 3 730 entreprises pour lesquelles la transformation de matières plastiques est l'activité principale, plus de 115 000 salariés sont concernés.

Les matières plastiques sont constituées de polymères et d'additifs – stabilisants thermiques et UV, pigments, etc. Elles se répartissent principalement en deux catégories différant par leurs propriétés et leurs méthodes de mise en œuvre. D'un côté les thermoplastiques, les plus courants, polymères déformables et façonnables sous l'effet de la chaleur. Ils sont moulés à chaud et en général sous pression pour fabriquer un objet. De l'autre, les thermodurcissables, dont l'étape finale de polymérisation a lieu lors de la mise en forme, à l'aide de moules. Leur forme ne peut plus par la suite être modifiée de façon réversible. La transformation des thermodurcissables est la moins automatisée. Ils sont utilisés notamment dans la production de pièces de séries relativement réduites, comme par exemple en polyester stratifié pour la fabrication de piscines ou le nautisme.


Des risques chimiques très variables

Les polymères sont généralement considérés inertes à froid mais peuvent être utilisés avec certains additifs potentiellement dangereux (anti UV, retardateurs de feu, etc.). Dès le mélange des différents composants, les salariés peuvent donc être exposés à des agents chimiques dangereux, dont des cancérogènes, mutagènes, toxiques pour la reproduction (CMR). Cette situation se rencontre particulièrement lors de la fabrication de thermodurcissables, dont les procédés de moulages sont encore très manuels : l'exposition des salariés à des substances dangereuses, notamment aux solvants, se retrouve à toutes les étapes.

Concernant les thermoplastiques, c'est lors du chauffage des produits que les risques se concentrent : des substances dangereuses, comme des aldéhydes, dont certains sont des CMR, peuvent alors être émises sous forme de gaz. Si ces substances sont en majorité captées par des dispositifs intégrés aux presses à injecter, des émanations résiduelles persistent dans les espaces de travail, au niveau des buses d'injection ou des têtes d'extrusion. La nature et la quantité des produits dangereux émis varient beaucoup en fonction des matières et des processus utilisés. L'INRS a développé un protocole permettant de caractériser les produits de dégradation thermique afin d'aider les entreprises à réaliser l'évaluation des risques et installer des moyens de prévention adaptés. Par ailleurs, lors de travaux de purge ou de nettoyage des outils (buses, fourreaux, etc.), l'opérateur peut être en contact avec ces substances gazeuses dangereuses.


La manutention manuelle à l'origine de nombreux accidents

Outre le risque chimique, les troubles musculosquelettiques (TMS), les risques incendie-explosion (Atex), le bruit généré par les machines de transformation des matières plastiques ou par l'usinage des objets obtenus, sont également des risques importants dans ce secteur. La CnamTS a d'ailleurs établi avec la Fédération de la plasturgie une convention nationale d'objectifs visant une approche globale de l'activité.

La manutention manuelle est à l'origine de plus de la moitié des accidents qui surviennent dans les industries de transformation de matières plastiques. Par ailleurs, en 2014, plus de 90 % des maladies professionnelles correspondaient à des affections périarticulaires provoquées par certains gestes et postures de travail (tableau 57 du régime général), selon la CnamTS.

Si la transformation de la matière en elle-même est très automatisée pour les thermoplastiques, les postes en amont (approvisionnement en matières premières) nécessitent des manutentions de charges lourdes. Les postes en aval (opérations de finition, conditionnement, etc.) induisent quant à eux une répétitivité des gestes, compte tenu de la cadence des machines. L'utilisation d'aides à la manutention (centrales matières, préhenseurs de sacs, etc.) et l'aménagement des postes de travail sont nécessaires pour contribuer à la prévention des TMS et des accidents liés au port de charges lourdes.


Incendie-explosion et bruit

Dans les entreprises de transformation de matières plastiques, toutes les conditions sont également réunies pour générer un risque d'incendie-explosion : présence de combustibles (notamment les polymères), de solvants, utilisation de températures élevées, machines avec circuits électriques... De plus, les polymères peuvent être sous forme de poudre – ou de granulés qui émettent des poussières - ce qui peut constituer un risque Atex, tout comme la présence de solvants. Ces risques doivent être évalués par l'employeur et faire l'objet de mesures spécifiques : la mise en place de captages, la suppression ou la maîtrise des sources d'inflammation ou encore l'installation d'évents explosion.

Enfin, pour prévenir les expositions au bruit dans les ateliers, des aménagements doivent être prévus, tels que l'insonorisation des locaux, l'encoffrement des machines ou encore l'éloignement des opérateurs des machines les plus bruyantes.


Les quatre enjeux de la Convention nationale d'objectifs pour la plasturgie

La CnamTS a signé avec la Fédération de la plasturgie et des composites une Convention nationale d'objectifs (la Convention [PDF]) entrée en vigueur en septembre 2014 pour quatre ans. Elle fixe quatre objectifs principaux :
  • l'amélioration des atmosphères de travail en lien avec le risque chimique, dont le risque CMR, et incendie/explosion,
  • la prévention des risques liés à la manutention et aux manipulations et le renforcement de la sécurité des voies de circulation et des aires de stockage,
  • la prévention des risques liés aux troubles musculosquelettiques (TMS), par la mise en oeuvre de moyens de manutention et d'aménagement des postes,
  • la diminution des niveaux de bruit des ateliers et des postes de travail.

 
La Lettre d'information est éditée par le département Information communication de l'Institut national de recherche et de sécurité (INRS). Directeur de la publication : Stéphane PIMBERT, directeur général de l'INRS. Rédacteur en chef : Grégory BRASSEUR. Routage : logiciel SYMPA. Copyright INRS. Tous droits réservés. Conformément à la loi 2004-801 du 6 août 2004 (...) modifiant la loi 78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent. Pour l'exercer, adressez-vous à l'INRS - 65 boulevard Richard Lenoir - 75011 Paris ou écrivez à contact@kiosque.inrs.fr