Si ce message ne s'affiche pas correctement, téléchargez la version pdf ou contactez-nous pour changer de version
Prévention des risques professionnels
La lettre d'information
Novembre 2008

 Rayonnements ionisants 
Radioprotection
Rayonnements ionisants : radioprotection Les rayonnements ionisants sont fréquemment utilisés en entreprise. Ils représentent un danger pour la santé des salariés et figurent parmi les nuisances professionnelles pour lesquelles la mise en place de mesures de prévention spécifiques s'avère indispensable.
- Lire la suite
Dossier web
Publication
Site web
Site web

Statistiques annuelles AT/MP
Hausse des accidents mortels en 2007
Statistiques annuelles AT/MP : hausse des accidents mortels en 2007 La CNAMTS vient de publier les statistiques 2007 des accidents du travail et des maladies professionnelles (AT-MP). Si le taux de fréquence des accidents reste stable (39,4 pour 1 000 salariés), le nombre des accidents mortels augmente de près de 16 %. 622 décès ont été recensés en 2007. Les secteurs du BTP et des transports sont les principaux concernés. Le nombre des maladies professionnelles continue d'augmenter (43 832, +3,6 %). Les troubles musculosquelettiques représentent à eux seuls plus de 70 % des pathologies.


TMS
De la recherche à l'action
En juin dernier, le 2e Congrès francophone sur les troubles musculosquelettiques (TMS) organisé par l'Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail (IRSST - Québec) a permis de dresser un état des lieux des connaissances actuelles et de leurs déclinaisons concrètes en action de prévention. Les textes des interventions sont disponibles en ligne.


Bruit
Evaluer l'exposition réelle des salariés
La protection réelle offerte par les protecteurs individuels contre le bruit (PICB) est souvent surestimée. L'INRS propose aujourd'hui une méthode et des outils pour estimer le niveau sonore auquel sont réellement exposés les salariés portant des protecteurs antibruit (bouchons d'oreille, casques...).


Risque biologique
www.grippeaviaire.gouv.fr
Le site interministériel consacré au risque de pandémie grippale vient de subir une refonte complète. Les entreprises disposent désormais d'un accès direct aux ressources spécifiques sur la prévention en milieu de travail. Le site propose également une série de fiches pratiques pour se préparer au mieux à faire face à une éventuelle pandémie.


Exposition au radon
Un arrêté fixe les modalités de la gestion des risques liés au radon notamment dans les lieux de travail. Il définit la liste des activités ou catégories d'activités professionnelles concernées et précise les conditions d'application des dispositions prévues par la décision de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN).
- L'arrêté du 7 août 2008


Maladies dues au plomb
Un décret du 9 octobre révise et complète les tableaux des maladies professionnelles annexés au livre IV du code de la sécurité sociale. Ce décret modifie le tableau n°1 relatif aux affections dues au plomb et à ses composés.
- Le décret du 9 octobre





Santé et sécurité en agriculture
Dossiers, études, brochures… Ce nouveau site de la Mutualité sociale agricole (MSA) propose un large choix de ressources documentaires sur la santé et la sécurité des travailleurs du secteur agricole. Plus de 250 documents sont déjà disponibles en téléchargement.

Les conseils de l'IRSST
Informer et sensibiliser sur les risques liés au renversement des chariots élévateurs : tels sont les objectifs du film "Le port de la ceinture de sécurité peut vous sauver la vie" réalisé par L'Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail (IRSST - Québec). Il peut être visionné en ligne.

Comment limiter les risques de contamination par la grippe ?
Le virus de la grippe saisonnière se transmet par les postillons, les éternuements, la toux et la salive. Quelques gestes simples permettent de réduire les risque de contamination. Il est ainsi recommandé de se laver les mains plusieurs fois par jour notamment après s'être mouché, avoir toussé ou éternué. Il faut également veiller à se couvrir la bouche en cas de toux ou d'éternuement. La vaccination constitue un bon moyen de protection contre la grippe saisonnière. Elle doit être faite au moins deux semaines avant le début de la saison grippale (à l'approche de l'hiver) et renouvelée chaque année.
La brochure INPES "Limitons les risques d'infection"

Dossier web : conduire pour le travail
Dossier web
Conduire pour le travail

Accidents de circulation, troubles musculosquelettiques, stress... Conduire pour le travail expose à de nombreux risque. Ce nouveau dossier présente toutes les informations clé pour concilier conduite et santé. Il propose également une nouvelle animation sur le chargement des véhicules utilitaires.
- Le dossier
- L'animation

Publication
Intervention en espaces confinés

Cette brochure s'adresse aux professionnels de l'assainissement et précise les dispositions indispensables à respecter pour travailler en sécurité dans de tels environnements.
- La brochure

Publication
Incendie et explosion dans l'industrie du bois

Ce guide présente les mesures de prévention, les moyens de lutte efficaces ainsi que les informations indispensables à transmettre aux salariés.
- La brochure

Toutes les nouveautés INRS

15-19 novembre - Paris
Salon Equip'Hotel 2008
- Le site du salon

21-23 novembre - Nancy
L'INRS fête la science
- La présentation de l'événement

2-5 décembre - Lyon
Salon Pollutec
- Le site du salon


Rayonnements ionisants : radioprotection

Rayonnements ionisants
Radioprotection
Les rayonnements ionisants sont fréquemment utilisés en entreprise. Ils représentent un danger pour la santé des salariés et figurent parmi les nuisances professionnelles pour lesquelles la mise en place de mesures de prévention spécifiques s'avère indispensable.

L'utilisation des sources de rayonnements ionisants n'est pas l'apanage du secteur électronucléaire. La médecine, la recherche scientifique, l'agroalimentaire ou encore la chimie tirent aussi profit des avancées rendues possibles par la maîtrise de la radioactivité. Les rayonnements ionisants se sont banalisés et font partie intégrante de l'éventail technologique mis en œuvre par les entreprises. Ils trouvent des applications dans un nombre croissant de domaines. Des sources radioactives sont aujourd'hui couramment utilisées pour mesurer les niveaux de liquide dans les cuves, radiographier les matériaux, désinfecter et stériliser certains produits et équipements. Les matières radioactives et les rayonnements permettent également de conférer de nouvelles propriétés aux composés chimiques, par exemple dans l'industrie des plastiques.

Des risques avérés même à faibles doses
Les irradiations accidentelles ont des effets délétères. Leur gravité varie en fonction du type de rayonnement (α, β, γ, X ou neutronique), de son intensité et de la dose reçue. Les expositions les plus élevées entraînent inexorablement le décès de la victime. Bien que non perceptible, le danger est réel même à faibles doses. A long terme, toute irradiation peut en effet favoriser la survenue de cancers, parfois plusieurs dizaines d'années après l'exposition. L'impossibilité de définir un seuil de toxicité pour les radiations ionisantes doit donc inciter à la plus extrême vigilance. Eu égard aux risques pour la santé, l'utilisation des sources radioactives et des rayonnements doit être limitée aux seules situations qui la nécessitent. Les efforts de prévention des entreprises doivent concourir à maintenir les expositions au plus bas niveau possible.

Identifier les sources de radioactivité
La première étape de la démarche de prévention consiste à dresser l'inventaire exhaustif des sources radioactives présentes sur les lieux de travail. Elles peuvent être de 3 types. Les sources scellées et les générateurs électriques de rayonnements (générateurs de rayons X, accélérateurs d'électrons...) sont à l'origine d'irradiations externes. Les sources dites non scellées, manipulées le plus souvent sous formes liquide ou gazeuse, peuvent quant à elles entraîner, en plus du risque d'exposition externe, une contamination par contact, ingestion ou inhalation de particules radioactives. La radioactivité naturelle peut se manifester par des émanations de radon, notamment dans les régions granitiques comme la Bretagne, le Massif central ou les Alpes. Lorsque la concentration en radon dans les locaux est importante, une exposition interne par inhalation peut en résulter. Certaines matières premières (sables de zircon, engrais phosphatés...) peuvent également contenir des particules radioactives qui vont s'accumuler sur les lieux de stockage et de production et entraîner une exposition externe et interne.

Évaluer les risques et mettre en œuvre des solutions de prévention
L'évaluation des risques doit tenir compte des caractéristiques des radioéléments utilisés (activité, nature et énergie des rayonnements émis, forme et propriétés physico-chimiques...), du type de sources et des conditions d'exposition des salariés (durée et fréquence d'utilisation, nature des expositions...). Il s'agit ensuite de mettre en œuvre les solutions de prévention appropriées. La prévention doit idéalement intervenir dès la conception des lieux et des méthodes de travail : mise en place de processus industriels sûrs, confinement des matières radioactives, installation de dispositifs d'assainissement et de traitement de l'atmosphère des locaux de travail, mise en place d'écrans destinés à arrêter ou à atténuer les rayonnements, définition des protocoles d'intervention. L'organisation du travail doit être pensée pour limiter le nombre de salariés exposés et réduire les temps d'exposition. Il est obligatoire de délimiter et de signaler des zones autour des sources de rayonnements, et de restreindre l'accès à ces zones. Les personnels susceptibles d'intervenir dans les zones à risques devront avoir été informés et correctement formés aux mesures de sécurité à appliquer. Ils sont également classés en catégories définies réglementairement, A ou B, sur la base du niveau de leur exposition prévisionnelle. Les travailleurs exposés, qu'ils soient à contrat de travail à durée indéterminée ou à contrat de travail précaire (travailleurs temporaires, intérimaires), doivent faire l'objet d'un suivi dosimétrique individuel et bénéficier d'une surveillance médicale spécifique. La surveillance des rayonnements et des contaminations radioactives fait, elle aussi, partie des mesures à mettre en oeuvre. De même, les sources radioactives, les appareils de mesure et les systèmes d'alarme doivent être vérifiés périodiquement.

Des expertises à mobiliser
Toute entreprise manipulant des sources de rayonnements ionisants doit compter dans ses effectifs une personne compétente en radioprotection. C'est elle qui sera chargée de mettre en place et de coordonner avec le médecin du travail le dispositif de prevention. Les entreprises peuvent également s'appuyer sur les compétences et l'expertise de multiples acteurs. L'Autorité de sûreté nucléaire (ASN), l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), les CRAM sont autant de ressources mobilisables dans le cadre de la mise en place de la démarche de prévention.
Dossier web
Publication
Site web
Site web

www.inrs.fr

La Lettre d'information est éditée par le département Produits d'information de l'Institut national de recherche et de sécurité (INRS). Directeur de la publication : Jean-Luc MARIE, directeur général de l'INRS. Rédacteur en chef : Jacques GOZZO. Routage : logiciel SYMPA. Copyright INRS. Tous droits réservés. Conformément à la loi 2004-801 du 6 août 2004 (...) modifiant la loi 78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent. Pour l'exercer, adressez-vous à l'INRS - 30 rue Olivier Noyer - 75014 Paris ou écrivez à contact@kiosque.inrs.fr


Nous contacter | Modifier ses données personnelles | Se désabonner