Si ce message ne s'affiche pas correctement, téléchargez la version pdf ou contactez-nous pour changer de version
Prévention des risques professionnels
La lettre d'information
Juin 2011

 Travail et canicule 
Gare au coup de chaleur
Travail et canicule : gare au coup de chaleur Les services météorologiques semblent affirmatifs : l'été sera chaud… Si elle ravit les futurs vacanciers, cette nouvelle impose une certaine vigilance de la part des entreprises. En situation caniculaire, les salariés sont en effet exposés à des risques multiples allant du banal coup de soleil au terrible coup de chaleur. Des mesures simples permettent cependant de limiter les dangers : bien évaluer les risques, adapter l'organisation du travail et être en mesure de réagir efficacement dès les premiers signes de malaise.
- Lire la suite
Dossier : Travailler par de fortes chaleurs en été
Article : Ambiances thermiques : Travail en période de fortes chaleurs
Publication : Travail et chaleur d'été
Dossier : Fortes chaleurs - Canicule

Accords RPS
Un bilan mitigé
Accords RPS : un bilan mitigé Depuis 2010, tous les établissements de plus de 1000 salariés doivent mettre place des accords sur la prévention du stress au travail. Un rapport présenté devant le Conseil d'orientation des conditions de travail (COCT) révèle que la moitié des entreprises concernées ont effectivement rempli cette obligation. Mais la majorité des accords signés sont des accords de méthode. S'ils ont permis de dégager des axes d'actions, peu d'entre eux comprennent des programmes de mesures concrètes.


Alcool et drogues
Pas de dépistage généralisé
Le comité consultatif national d'éthique (CCNE) vient de rendre un avis sur la détection des usages d'alcool et de drogues au travail. Pour le CCNE, le dépistage régulier est souhaitable et justifié pour les postes de sûreté et de sécurité nécessitant un haut niveau de vigilance ainsi que pour les fonctions où une défaillance humaine pourrait avoir des conséquences graves. Pour autant, le CCNE estime que la généralisation du dépistage à tous les salariés irait à l'encontre du respect de la liberté des personnes.


Véhicules utilitaires
Témoins de surcharge : certaines précautions s'imposent
L'INRS a évalué l'efficacité des systèmes de détection de surcharge proposés par certains équipementiers automobiles. L'étude montre que ces dispositifs peuvent contribuer à une meilleure prévention des accidents de la route... À condition de respecter certaines recommandations : proscrire ceux qui sont susceptibles de modifier les suspensions du véhicule, privilégier les systèmes multi capteurs qui permettent de détecter la mauvaise répartition des charges et confier leur installation à des professionnels spécifiquement formés.


Risque chimique
Des efforts restent à faire
La réglementation relative à la prévention du risque chimique doit être mieux mise en application. C'est ce que révèle une récente campagne de contrôle organisée fin 2010 dans les secteurs de la réparation de véhicules et dans celui du nettoyage. Si la majorité des établissements contrôlés mettent en œuvre des moyens de protection collective et individuelle, certaines obligations (évaluation des risques, information et formation des salariés, traçabilité des expositions...) demeurent insuffisamment respectées.


Étiquetage des produits chimiques : mise à jour du règlement CLP
Un règlement européen (UE n° 286/2011) publié le 30 mars 2011 modifie certains points du règlement CLP relatif à la classification et à l'étiquetage des produits chimiques : révision de certaines classes de dangers, dimensions minimales des pictogrammes...
- La mise à jour du règlement CLP


Équipements sous pression
Une liste de références de normes harmonisées au titre de la directive 97/23/CE relative à la conception des équipements sous pression a été publiée au Journal Officiel de l'Union européenne du 15 avril 2011.
- Le Journal Officiel de l'Union européenne du 15 avril 2011 [PDF]





La maison de l'amiante
Dans le cadre d'une campagne de sensibilisation sur l'amiante, l'organisme de prévention suisse Suva invite les internautes à visiter une maison virtuelle. Objectifs : mieux connaître les zones à risque, les produits amiantés et les mesures de protection requises.

www.cmb-sante.fr
Le Centre médical de la Bourse (CMB) est mandaté au niveau national pour assurer le suivi de la santé au travail des salariés et des intermittents du spectacle. Son site Internet propose de nombreuses ressources, dont une série de fiches pratiques, dédiées à la prévention des risques professionnels dans ce secteur.

Peut-on conduire en toute sécurité en téléphonant avec un kit main libre ?
Non ! Les études montrent que téléphoner en conduisant accroît les risques d'accident, y compris avec un « kit mains libres ».
Le fait de téléphoner déconcentre le conducteur. L'utilisation du téléphone au volant d'un véhicule est à proscrire, quel que soit le dispositif technique utilisé. Les communications doivent avoir lieu uniquement lorsque le véhicule est à l'arrêt. L'employeur doit en tenir compte pour organiser le travail des salariés amenés à conduire fréquemment dans le cadre de leur activité professionnelle.
Le dossier Conduire pour le travail L'expertise collective Inserm [PDF]

Le dépliant
Publication
Service à la personne : prévenir les accidents liés aux déplacements professionnels

Ce nouveau dépliant a pour objectif de sensibiliser les salariés et les employeurs à la prévention des différents risques auxquels peuvent être exposés les salariés du secteur du service à la personne à l'occasion de leurs déplacements professionnels.
- Le dépliant

Base de données
Mise à jour de la base Demeter

La base de données Demeter (Documents pour l'évaluation médicale des produits toxiques vis-à-vis de la reproduction) s'enrichit de 50 nouvelles fiches. Destinée aux médecins du travail, elle propose désormais plus d'une centaine de fiches synthétiques décrivant les dangers des produits reprotoxiques ainsi que les conduites à tenir en cas d'exposition.
- Les 50 nouvelles fiches produits reprotoxiques

Publication
Nanomatériaux. Filtration de l'air et protection des salariés

La filtration de l'air est un moyen efficace de prévenir les risques liés aux nanoparticules. Cette fiche, destinée aux spécialistes, analyse l'efficacité des filtres et propose des recommandations en termes de protection des salariés.
- La brochure

Toutes les nouveautés INRS


Travail et canicule : gare au coup de chaleur

Travail et canicule
Gare au coup de chaleur
Les services météorologiques semblent affirmatifs : l'été sera chaud… Si elle ravit les futurs vacanciers, cette nouvelle impose une certaine vigilance de la part des entreprises. En situation caniculaire, les salariés sont en effet exposés à des risques multiples allant du banal coup de soleil au terrible coup de chaleur. Des mesures simples permettent cependant de limiter les dangers : bien évaluer les risques, adapter l'organisation du travail et être en mesure de réagir efficacement dès les premiers signes de malaise.

Coups de soleil, fatigue, vertiges, crampes... En été, le soleil et la chaleur peuvent être à l'origine de nombreux troubles qui sont parfois les signes précurseurs d'affections beaucoup plus graves. La chaleur augmente également les risques d'accidents. L'exposition à des températures élevées induit en effet une baisse de la vigilance et une augmentation des temps de réaction. La transpiration peut aussi rendre les mains glissantes ou venir gêner la vue des opérateurs. En période de canicule, le coup de chaleur constitue le risque le plus important. Il est en effet mortel dans 15 à 25 % des cas. Le coup de chaleur survient quand l'organisme ne parvient plus à réguler sa température interne. Il se caractérise par un ensemble de symptômes qu'il est impératif de savoir identifier : température corporelle supérieure à 40°C, maux de tête, nausées, vertiges, désorientation, peau chaude, sèche et rouge, respiration rapide, voire coma... Le premier réflexe doit être d'alerter les secours (Samu 15 ou pompiers 18). Il faut ensuite commencer à rafraichir la victime : l'installer dans un lieu frais et ombragé, ôter ses vêtements, la recouvrir de linges humides et lui faire boire de l'eau fraîche à intervalles réguliers.

Évaluer les risques

Une prévention efficace repose en premier lieu sur une bonne évaluation des risques. Lors des fortes chaleurs, les bulletins d'information météo sont les indicateurs les plus utiles. À partir d'une température de 30°C, la vigilance s'impose. Les dangers sont encore plus importants si le taux d'humidité est élevé et si les températures nocturnes dépassent 25°C (au-delà de cette température, le sommeil peut être perturbé et la récupération moins bonne). Il faut environ 10 jours pour que l'organisme s'habitue à la chaleur. Les risques sont donc plus élevés en début de canicule. Les salariés travaillant en extérieur ou à proximité de sources de chaleur et exerçant une activité physique importante forment la population la plus exposée. Mais les dangers liés à la chaleur concernent l'ensemble des travailleurs. Par ailleurs, la capacité à supporter les fortes chaleurs varie selon les individus. Elle dépend de l'âge, du sexe, de la condition physique ou encore de la prise d'alcool ou de certains médicaments... Aussi, il est essentiel de porter une attention particulière aux personnes les plus à risque.

Adapter l'organisation du travail et les comportements

La bonne gestion des périodes de canicule implique le plus souvent d'adapter l'organisation de l'entreprise. Il est ainsi recommandé d'augmenter la fréquence des pauses, de limiter les efforts physiques importants, de réduire les activités durant les heures les plus chaudes de la journée (11h-15h). Ceci peut notamment impliquer de décaler les horaires de travail. Il faut aussi éviter le travail isolé et, dans la mesure du possible, instaurer une rotation des salariés sur les postes les plus exposés. Le type de bâtiment, de ventilation et de climatisation sont également des éléments à prendre en considération pour prévoir les mesures de prévention à mettre en œuvre. L'entreprise peut avoir recours à certains dispositifs techniques qui permettent de lutter contre la chaleur et contribuent au confort des salariés (climatiseurs, ventilateurs, brumisateurs, stores, aération...). La réglementation impose quant à elle de mettre de l'eau potable à disposition des salariés. Sur les chantiers, chaque travailleur doit avoir accès à plusieurs litres d'eau par jour. En extérieur, des espaces ombragés doivent être aménagés. Mais une prévention efficace impose également de mener des actions d'information et de sensibilisation des salariés pour les inciter à adopter un comportement et une hygiène de vie permettant de réduire les risques liés à la chaleur : boire régulièrement sans attendre la soif, porter de préférence des vêtements amples et légers, éviter les repas gras et copieux ainsi que la consommation d'alcool et de tabac... Le médecin du travail joue un rôle crucial. Il peut notamment suggérer un aménagement ou un changement de poste pour les salariés les plus vulnérables.
Dossier : Travailler par de fortes chaleurs en été
Article : Ambiances thermiques : Travail en période de fortes chaleurs
Publication : Travail et chaleur d'été
Dossier : Fortes chaleurs - Canicule

www.inrs.fr

La Lettre d'information est éditée par le département Produits d'information de l'Institut national de recherche et de sécurité (INRS). Directeur de la publication : Stéphane PIMBERT, directeur général de l'INRS. Rédacteur en chef : Jacques GOZZO. Routage : logiciel SYMPA. Copyright INRS. Tous droits réservés. Conformément à la loi 2004-801 du 6 août 2004 (...) modifiant la loi 78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent. Pour l'exercer, adressez-vous à l'INRS - 30 rue Olivier Noyer - 75014 Paris ou écrivez à contact@kiosque.inrs.fr


Nous contacter | Modifier ses données personnelles | Se désabonner