Si ce message ne s'affiche pas correctement, téléchargez la version pdf ou contactez-nous pour changer de version
 
Septembre 2012
Rayonnements optiques
Que la lumière soit… sans risque !
Rayonnements optiques
Qu'ils soient utilisés dans le cadre de procédés industriels ou qu'il s’agisse de rayonnements parasites accompagnant une émission de lumière ou de chaleur, la présence des rayonnements optiques artificiels dans l’environnement de travail est souvent insoupçonnée. Les risques qu'ils représentent sont généralement mal appréhendés. Les rayonnements optiques artificiels peuvent pourtant être à l'origine de graves atteintes oculaires ou cutanées. Des mesures de prévention existent pour réduire efficacement, voire supprimer, les risques.
Article : Rayonnement optique
Rayonnement optique
Logiciel : Catrayon
Catrayon
Dossier : Travail et sécurité Rayonnements optiques artificiels. Premiers pas en terre méconnue.
Travail et sécurité Rayonnements optiques artificiels. Premiers pas en terre méconnue.
Publication : Sensibilisation à l'exposition aux rayonnements optiques artificiels (ROA) sur les lieux de travail.
Sensibilisation à l'exposition aux rayonnements optiques artificiels (ROA) sur les lieux de travail.
Champs électromagnétiques
Un dispositif de prévention pour les soudeuses haute fréquence
Champs électromagnétiques : un dispositif de prévention pour les soudeuses haute fréquence Les soudeuses ou presses haute fréquence sont utilisées dans la fabrication de produits à base de polymères isolants. Les machines de conception ancienne peuvent exposer les salariés à un niveau de champ électromagnétique supérieur aux limites recommandées. L'INRS a mené une étude qui précise les caractéristiques d’un dispositif appelé « patin de masse », destiné à réduire l’exposition des travailleurs. Ce travail montre que ce système, que l’on trouve sur des machines neuves, peut être mis en œuvre sur les soudeuses anciennes afin de prévenir les risques.
Risque routier
Améliorer la prise en compte du risque routier
Améliorer la prise en compte du risque routier Les accidents de la route représentent la première cause de mortalité au travail. Les résultats de la campagne de contrôle réalisée par la Direction Générale du Travail montrent pourtant que ce risque demeure insuffisamment pris en compte dans les entreprises. La conduite sur route dans le cadre du travail n’est pas toujours considérée comme partie intégrante de l’activité des salariés. Seul 1 établissement sur 2 a inscrit ce risque dans son document unique et peu d’entreprises ont mis en place des mesures de prévention.
Horaires atypiques
Des recommandations sur la surveillance médicale des travailleurs de nuit
Des recommandations sur la surveillance médicale des travailleurs de nuit La Société française de médecine du travail (SFMT) a publié des recommandations de bonnes pratiques pour la surveillance médico-professionnelle des travailleurs postés et/ou de nuit. Ces rythmes de travail particuliers ne sont pas neutres en termes de santé et de sécurité. Ils peuvent être à l'origine de risques spécifiques. Chez la femme, le travail posté et/ou de nuit est notamment un facteur de risque probable de cancer du sein.
Campagne européenne
De nouveaux outils pour informer et sensibiliser
De nouveaux outils pour informer et sensibiliser Dans le cadre de la campagne « Lieux de travail sains - Ensemble pour la prévention des risques », l’Agence Européenne pour la sécurité et la santé au travail (EU-OSHA) vient d’annoncer le lancement de sa première application pour iPad. Gratuite, elle comprend différents outils et ressources destinées aux dirigeants d’entreprise ainsi qu’aux salariés et leurs représentants. Les thèmes de la campagne 2012 sont également mis en lumière dans un nouvel épisode de la série Napo. Ce film d’animation intitulé « Napo dans… Travailler ensemble ! » insiste notamment sur les conditions qui favorisent la réussite et l’efficacité de la démarche de prévention des risques professionnels : implication des salariés, importance du dialogue et de la communication…

Amiante
Un arrêté du 14 août 2012 précise les modalités de réalisation des contrôles d'empoussièrement en fibres d'amiante sur les lieux de travail ainsi que les règles d'accréditation des laboratoires effectuant les prélèvements et procédant à leur analyse.
Maladies professionnelles
Deux décrets du 1er août 2012 modifient les tableaux de maladies professionnelles n° 15 ter (relatif aux lésions prolifératives de la vessie provoquées par certaines amines aromatiques) et n° 57 (relatif aux affections péri articulaires provoquées par certains gestes et postures de travail).


Document unique en ligne Ce site s'adresse aux petites entreprises des secteurs de la réparation automobile, de la chaudronnerie et de la maintenance industrielle. Il offre une aide méthodologique et pratique pour l'élaboration et la mise à jour du Document unique.

Réussir son investissement Les grands projets d’entreprise (modernisation de ligne de production, agrandissement des locaux…) peuvent avoir des conséquences importantes sur les conditions de travail. Ce site propose des outils et des guides méthodologiques pour aider les employeurs à mieux anticiper ces risques.

Comment doit être désigné le salarié compétent en prévention des risques professionnels ?
Le code du travail (article L4644-1) impose désormais aux employeurs de désigner un ou plusieurs salariés compétents pour s'occuper des activités de protection et de prévention des risques professionnels de l'entreprise. Le ou les salariés désignés par l'employeur doivent pouvoir bénéficier, à leur demande, d'une formation en matière de santé au travail. Ils doivent également disposer du temps et des moyens nécessaires pour accomplir leur mission. Si les compétences dans l’entreprise ne sont pas suffisantes, l'employeur peut faire appel après avis du CHSCT ou, à défaut, à celui des délégués du personnel, aux intervenants en prévention des risques professionnels (IPRP) appartenant au service de santé au travail interentreprises auquel il adhère ou à des IPRP dûment enregistrés ,aux services de prévention des CARSAT/CRAM/CGSS, à l'OPPBTP ou à l'ANACT.




Publication
Habilitation électrique (ED 6127)
Habilitation électrique (ED 6127) L’habilitation électrique est une exigence réglementaire pour tous les travailleurs qui effectuent des opérations sur les installations électriques ou dans leur voisinage. Elle nécessite une formation préalable. L’objectif de cette brochure est de présenter à l’ensemble des acteurs concernés (employeurs, travailleurs habilités, organismes de formation…) les principes et le processus de l’habilitation électrique.

Publication
Risques biologiques liés aux techniques de génie génétique en laboratoire (ED 6131)
Risques biologiques liés aux techniques de génie génétique en laboratoire (ED 6131) Cette brochure (de référence ED 6131) rappelle les mécanismes de base utilisés en génie génétique. Elle présente les différents éléments nécessaires à la production d’un organisme génétiquement modifié (insert, vecteur, organismes donneur et receveur) et les dangers potentiels de chacun de ces éléments.

Publication
Machines de forage en service (ED 6111)
Machines de forage en service (ED 6111) Les petites machines de forage affectées à des travaux de sondage ou de réalisation de micropieux présentent d'importants risques de happement des vêtements ou d'une partie du corps au niveau du train de tiges ou des outils de forage. Cette brochure est destinée à aider les utilisateurs à améliorer la sécurité de ces machines de forage en leur proposant des solutions techniques adaptées. Elle détaille les critères de choix, de conception et de mise en œuvre des moyens de protection.







zoom2
Rayonnements optiques
Que la lumière soit… sans risque !

Rayonnements optiques
Qu'ils soient utilisés dans le cadre de procédés industriels ou qu'il s’agisse de rayonnements parasites accompagnant une émission de lumière ou de chaleur, la présence des rayonnements optiques artificiels dans l’environnement de travail est souvent insoupçonnée. Les risques qu'ils représentent sont généralement mal appréhendés. Les rayonnements optiques artificiels peuvent pourtant être à l'origine de graves atteintes oculaires ou cutanées. Des mesures de prévention existent pour réduire efficacement, voire supprimer, les risques.

L’exposition à des sources intenses de rayonnements optiques artificiels (ultraviolets, visible, infrarouges) n’est pas anodine. Les effets directs immédiats peuvent être multiples : érythème, kératite et conjonctivite. L’étendue de ces lésions dépend de l’intensité de l’émission. Elles sont invalidantes mais néanmoins réversibles. Sur le long terme, l’exposition répétée aux rayonnements optiques artificiels (ROA) peut avoir des conséquences graves : cataractes, cécité partielle voire totale, vieillissement (élastose) et cancers de la peau. La directive européenne 2006/25/CE, transposée en droit français (articles R. 4452-1 à R. 4452-31 du Code du travail), impose aux employeurs de prévenir les risques liés aux rayonnements optiques artificiels.

De nombreux secteurs d’activité concernés

Métallurgie, imprimerie, agroalimentaire, industrie des matériaux, cosmétique, grande distribution, spectacle vivant, etc., les rayonnements optiques artificiels sont omniprésents dans les environnements de travail. Les appareils d’éclairage intérieur équipés de lampes ou de tube fluorescents, de lampes halogènes, de lampes à vapeur de mercure et aux halogénures métalliques (ou iodures métalliques) constituent les sources de rayonnements optiques les plus fréquemment rencontrées. Ils ne présentent cependant aucun risque lorsqu’ils sont utilisés avec les précautions adaptées. En revanche, des technologies plus récentes, telles que les diodes électroluminescentes (LED), de plus en plus utilisées pour l’éclairage, pourraient présenter des risques spécifiques pour la santé (En savoir plus sur les LED). Certaines LED sont en effet caractérisées par un spectre lumineux à dominante bleue qui peut, sur la durée, être responsable d’atteintes oculaires. Cependant, les sources de ROA les plus préoccupantes aujourd'hui sont principalement liées aux procédés mis en œuvre. Il peut s’agir d’émissions volontaires (désinfection ou impression par UV, contrôle qualité en fluorescence, projecteurs de scènes utilisés dans le secteur du spectacle vivant…) ou encore de rayonnements parasites générés lors du processus de production (métaux et verre en fusion, soudage à l’arc…).

Bien évaluer pour mieux prévenir

Bien que les principaux dangers associés aux ROA soient connus, les risques sont rarement appréciés à leur juste niveau car il est difficile de les identifier. La prévention dépend essentiellement de la pertinence de l’évaluation des risques. Il s’agit, en premier lieu, de repérer les sources de rayonnements et leur domaine spectral d’émission, puis d’évaluer les niveaux et les durées totales d’exposition. Il est notamment possible de s'appuyer sur le logiciel CatRayon développé par l’INRS (
le logiciel CatRayon). Si les risques sont avérés, la priorité est de réduire la durée et l'intensité des expositions en mettant en œuvre des protections collectives (écran opaques, confinement ou éloignement des sources de rayonnement…) ou encore en agissant par exemple sur l'organisation du travail (rotation des salariés sur différents postes, signalisation et balisage des zones exposées, agencement des locaux et des postes…). Des modifications légères des processus de production suffissent parfois pour diminuer sensiblement les risques : dans le secteur de la métallurgie par exemple, cela peut consister à réduire un peu la température d’un four ou à en fermer la porte dès que cela est possible. Il est également essentiel de veiller à la conformité et à la bonne utilisation des équipements. Les salariés doivent bien sûr être informés des risques et des mesures de protection à mettre en œuvre. En complément des mesures collectives, des protections individuelles adaptées au type de rayonnement optique doivent être utilisées : écran facial, masques lunettes, crème solaire, gants et vêtements de sécurité…

 
Les Lasers

Les lasers sont utilisés dans l’industrie pour la découpe, la gravure ou encore la soudure des matériaux. Ils produisent des rayonnements de très grande densité de puissance. Au niveau des yeux, toute exposition est susceptible de provoquer des lésions irréversibles. La mise en œuvre des lasers doit faire l’objet de mesures de prévention spécifiques : confinement du rayonnement optique, étiquetage, formation du personnel, port de lunettes de protection… L’employeur doit également veiller à ce que les machines et composants de sécurité contenant des sources lasers soient conformes aux exigences de la directive machine (2006/42/CE).

  Flèche lien En savoir plus

Article : Rayonnement optique
Rayonnement optique
Logiciel : Catrayon
Catrayon
Dossier : Travail et sécurité Rayonnements optiques artificiels. Premiers pas en terre méconnue.
Travail et sécurité Rayonnements optiques artificiels. Premiers pas en terre méconnue.
Publication : Sensibilisation à l'exposition aux rayonnements optiques artificiels (ROA) sur les lieux de travail.
Sensibilisation à l'exposition aux rayonnements optiques artificiels (ROA) sur les lieux de travail.



La Lettre d'information est éditée par le département Produits d'information de l'Institut national de recherche et de sécurité (INRS). Directeur de la publication : Stéphane PIMBERT, directeur général de l'INRS. Rédacteur en chef : Jacques GOZZO. Routage : logiciel SYMPA. Copyright INRS. Tous droits réservés. Conformément à la loi 2004-801 du 6 août 2004 (...) modifiant la loi 78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent. Pour l'exercer, adressez-vous à l'INRS - 30 rue Olivier Noyer - 75014 Paris ou écrivez à contact@kiosque.inrs.fr



Nous contacter | Modifier ses données personnelles | Se désabonner