Si ce message ne s'affiche pas correctement, téléchargez la version pdf ou contactez-nous pour changer de version
 
Février 2013
Senior
Bien vieillir au travail
Senior : Bien vieillir au travail
Le maintien dans l'emploi des salariés de plus de 50 ans constitue aujourd'hui un enjeu crucial et double : endiguer les risques de pénuries de main d'œuvre et préserver l'équilibre des régimes de retraite. L'amélioration des conditions de travail et la lutte contre la pénibilité apparaissent comme des éléments primordiaux pour prévenir l'usure prématurée des salariés, la principale cause de leur exclusion du monde professionnel.
Site web : Travailleur vieillissant
Travailleur vieillissant
Site web : Mesures pour prévenir la pénibilité au travail
Mesures pour prévenir la pénibilité au travail
Publication : Bien vieillir au travail
Bien vieillir au travail
Publication : Pénibilité, tous concernés
Pénibilité, tous concernés
Habilitation
Des évolutions pour les formations SST, PRAP et CPS
Des évolutions pour les formations SST, PRAP et CPS Après 2 ans de mise en œuvre du processus de démultiplication et près de 3 000 organismes de formation habilités, les 3 documents de référence pour les formations en sauvetage secourisme du travail (SST), en prévention des risques liés à l'activité physique (PRAP) et le certificat en prévention secours intervenant à domicile (CPS ID) ont été actualisés. L'habilitation s'étend à de nouveaux acteurs (référents de secteur (CRPS) et dirigeants de structure d'aide à domicile), et des niveaux auparavant réservés au réseau prévention s'ouvrent aux organismes habilités. Un nouveau dossier de demande d'habilitation pour les organismes de formation (incluant les nouveautés) est accessible sur le site web de l'INRS.
Économie
La prévention dans le BTP, retour sur investissement
La prévention dans le BTP, retour sur investissement Selon une étude réalisée par l'OPPBTP, chaque euro investi par une entreprise dans la prévention des risques professionnels lui rapporterait un gain moyen de plus de 2 euros. Le calcul a été effectué en analysant les bilans d'une centaine d'actions de prévention mises en œuvre par des entreprises du BTP. Les gains observés correspondent à une augmentation de la productivité, des marges ou encore à une utilisation mieux maîtrisée des ressources. L'étude montre par ailleurs qu'il n'est pas nécessaire d'investir des sommes importantes pour que cela soit rentable.
Recherche scientifique
Les risques du chercheur
Les risques du chercheur Morsure d'animal, brûlure chimique, inhalation de produits nocifs… Une étude américaine publiée dans la revue Nature révèle que près de la moitié des chercheurs ont été victimes d'accident dans le cadre de leur travail en laboratoire. Il s'agit le plus souvent d'incidents bénins mais 30 % des scientifiques interrogés déclarent avoir été témoins d'un accident plus important ayant nécessité l'intervention de personnel médical. L'étude met en lumière les efforts à fournir en matière de diffusion de la culture de prévention parmi le personnel de recherche. Beaucoup considèrent en effet que ces risques font partie de leur métier et seulement 60 % des chercheurs sondés déclarent avoir reçu une formation sur la prévention des risques spécifiques liés à leur activité.
Nanomatériaux
Un portail pour déclarer les nanomatériaux
Un portail pour déclarer les nanomatériaux Depuis le 1er janvier 2013, en France, les fabricants, distributeurs ou importateurs de substances à l'état nanoparticulaire sont tenus de déclarer les usages ainsi que les quantités. La déclaration, obligatoire au-delà de 100 grammes, doit s'effectuer via le portail internet www.r-nano.fr mis en place par le Ministère chargé de l'Écologie et l'Anses. Cette nouvelle procédure permettra de dresser un inventaire des nanomatériaux et de leurs utilisations afin de guider la recherche sur les risques éventuels et les mesures de prévention à adopter.

Amiante
Deux arrêtés du 12 décembre 2012 fixent les nouvelles modalités de réalisation du repérage des matériaux et produits contenant de l'amiante dans les immeubles bâtis. Sont concernés les matériaux de la liste A (composants des flocages, des calorifugeages et des faux plafonds) et de la liste B (composants des parois verticales intérieures et planchers notamment).
Amiante
Un arrêté du 21 décembre 2012 définit les recommandations générales de sécurité du dossier technique amiante (DTA) et le modèle de fiche récapitulative du DTA.


Le télétravail à domicile Ce guide réalisé par la Carsat Nord-Picardie propose aux employeurs et aux salariés des pistes de réflexion pour prévenir les risques professionnels, notamment psychosociaux, qui peuvent être liés à la mise en place de télétravail.

Prospective L'organisme de prévention suisse Suva publie un rapport de veille prospective qui inventorie et analyse les principales tendances susceptibles d'avoir un impact en matière de prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles : mobilité numérique, stress informatique, conduites dopantes, objets communicants, textiles intelligents...

Comment réagir en cas de choc acoustique ?
Les salariés travaillant avec un casque d'écoute, notamment dans les centres d'appels, peuvent être exposés au risque de choc acoustique. Cet événement électro-acoustique rare et imprévisible conduit à une élévation brutale, souvent courte, du niveau sonore dans les casques. Insupportable pour les salariés, il peut conduire à un traumatisme auditif reconnu comme accident du travail. Lorsque le choc se produit, l'opérateur doit immédiatement retirer son casque et interrompre la communication. L'opérateur ayant subi le choc doit être orienté sans délai vers un médecin ORL. En cas de lésion, une procédure de déclaration d'accident du travail doit être mise en œuvre. Il faut ensuite rechercher les causes du choc acoustique, afin de corriger si possible le problème à la source. Certaines mesures permettent de prévenir la survenue des chocs et d'en limiter les conséquences : utiliser des limiteurs numériques adaptés, former les salariés sur la conduite à tenir et effectuer un audiogramme de référence pour tous les opérateurs.




Publication
Prévention des risques de chutes de hauteur (ED 6110)
Prévention des risques de chutes de hauteur (ED 6110) Face aux situations dangereuses posées par le travail en hauteur, une démarche de prévention adaptée s'impose. Cette nouvelle brochure réalisée conjointement par l'INRS et l'OPPBTP fait le point sur cette problématique. Son objectif : aider les entreprises à faire leur choix parmi les équipements de protection disponibles.

Publication
Document unique et risques biologiques (ED 4410)
Document unique et risques biologiques (ED 4410) Aider les entreprises à mieux intégrer le risque biologique dans leur document unique, c'est l'objectif de cette fiche pratique. Elle décrit notamment les 4 types de risques biologique, les principaux secteurs concernés et les grands principes de la transmission des agents biologiques.

Publication
Sécurité des équipements de travail (ED 6122)
Sécurité des équipements de travail (ED 6122) Ce document traite des mesures de prévention contre les risques mécaniques. Il a pour objet de faciliter leur choix. Il présente des exemples de moyens de protection connus à ce jour, dont on peut s'inspirer pour supprimer ou réduire les risques mécaniques engendrés par les machines.







zoom2
Senior
Bien vieillir au travail

Senior : Bien vieillir au travail
Le maintien dans l'emploi des salariés de plus de 50 ans constitue aujourd'hui un enjeu crucial et double : endiguer les risques de pénuries de main d'œuvre et préserver l'équilibre des régimes de retraite. L'amélioration des conditions de travail et la lutte contre la pénibilité apparaissent comme des éléments primordiaux pour prévenir l'usure prématurée des salariés, la principale cause de leur exclusion du monde professionnel.

En France, comme dans la plupart des pays européens, on observe un vieillissement de la population active. Ce phénomène s'explique principalement par des évolutions démographiques et socio-économiques : augmentation de l'espérance de vie, baisse de la fécondité, entrée tardive des jeunes dans le monde du travail… Le recul de l'âge légal de la retraite à 62 ans devrait renforcer encore la tendance. En 2011, seuls 41,5 % des français âgés de 55 à 64 ans occupaient un emploi. Une particularité qui place la France en queue de peloton des pays européens en matière de travail des séniors. Le sous emploi des seniors n'est pas sans conséquences. Il risque en effet de mettre en péril l'équilibre du régime de retraite par répartition. Il prive également les entreprises de l'expérience et des compétences qui peuvent conditionner leur réussite économique.


La santé au travail, un facteur d'exclusion pour les seniors

Les problèmes de santé constituent le principal facteur de cessation précoce d'activité. Selon l'enquête SVP50, près de deux tiers des travailleurs âgés de plus de 50 ans travaillent en ressentant des douleurs. L'enquête européenne Share révèle que 27 % des salariés français âgés de plus de 50 ans présentent des risques de dépression… Une autre étude réalisée par l'INRS et publiée dans la revue Hygiène et sécurité du travail montre par ailleurs une augmentation de la gravité des accidents du travail avec l'âge. Elle pointe également la vulnérabilité particulière des travailleurs âgés : difficultés de récupération, survenue plus fréquente de complications… Au travail, la dégradation de l'état de santé peut ainsi conduire à des situations de handicap et d'inaptitude. Elle accélère la sortie du monde du travail des salariés les plus âgés.


Lutter contre la pénibilité au travail

Avec l'âge, la force, la résistance, la rapidité et les capacités de récupération des travailleurs diminuent. Mais l'ampleur de ce déclin dépend fortement des contraintes auxquelles le salarié aura été exposé au cours de son parcours professionnel. Si les conditions ont été favorables, à 60 ans il dispose encore des potentialités nécessaires pour accomplir son travail. Si au contraire, il a connu une carrière pénible le vieillissement s'accélère. Port de charges lourdes, postures pénibles, gestes répétitifs, exposition à des produits nocifs, horaires atypiques, stress… Les facteurs de pénibilité se cumulent et provoquent l'usure prématurée des travailleurs. L'amélioration des conditions de travail apparaît ainsi comme une clé essentielle pour contribuer au maintien des seniors dans l'emploi. Depuis le 1er janvier 2012, les entreprises sont d'ailleurs tenues de mettre en place des actions destinées à prévenir les facteurs de risques professionnels susceptibles de laisser des traces durables, identifiables et irréversibles sur la santé.


Améliorer les conditions de travail

Dans la pratique, l'effort de prévention ne peut pas se limiter à un transfert de pénibilité des salariés âgés vers les plus jeunes. La prévention des risques pour les salariés vieillissants suppose au contraire de mettre en place des conditions de travail profitables à tous. Les bonnes pratiques à adopter sont nombreuses et variées. Elles concernent aussi bien la technique (automatiser les tâches pénibles, utiliser des aides mécaniques pour alléger le travail physique…) que l'organisation du travail (éviter le travail de nuit et le travail posté, prévoir des délais réalistes pour la réalisation des tâches, préserver les marges de manœuvre des salariés, adapter les conditions de travail lorsqu'un problème de santé survient chez un travailleur…). Il est tout aussi essentiel de maintenir la motivation des salariés tout au long de leur parcours dans l'entreprise en leur donnant la possibilité de progresser, de se former, de s'impliquer dans de nouveaux projets. Les employeurs doivent enfin savoir valoriser les parcours et organiser la transmission des compétences au sein de leur établissement, par exemple via la pratique du tutorat. Il en va du bien-être des salariés concernés mais aussi de la santé de l'entreprise car lorsque les salariés seniors quittent l'entreprise, c'est souvent une partie de ses savoirs et de ses savoir-faire qui disparait avec eux.
Site web : Travailleur vieillissant
Travailleur vieillissant
Site web : Mesures pour prévenir la pénibilité au travail
Mesures pour prévenir la pénibilité au travail
Publication : Bien vieillir au travail
Bien vieillir au travail
Publication : Pénibilité, tous concernés
Pénibilité, tous concernés



La Lettre d'information est éditée par le département Produits d'information de l'Institut national de recherche et de sécurité (INRS). Directeur de la publication : Stéphane PIMBERT, directeur général de l'INRS. Rédacteur en chef : Jacques GOZZO. Routage : logiciel SYMPA. Copyright INRS. Tous droits réservés. Conformément à la loi 2004-801 du 6 août 2004 (...) modifiant la loi 78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent. Pour l'exercer, adressez-vous à l'INRS - 65 boulevard Richard Lenoir - 75011 Paris ou écrivez à contact@kiosque.inrs.fr



Nous contacter | Modifier ses données personnelles | Se désabonner