Si ce message ne s'affiche pas correctement, téléchargez la version pdf ou contactez-nous pour changer de version
 
Mai 2013
Cancers professionnels
Objectif prévention
Cancers professionnels : Objectif prévention
Le 28 avril dernier, la 10e Journée mondiale de la santé et de la sécurité au travail organisé par le BIT avait pour thème central la prévention des maladies professionnelles. Cet évènement a été l'occasion de rappeler que la mobilisation contre les pathologies liées au travail et particulièrement contre les cancers professionnels demeure une nécessité. Chaque année, en France, environ 1 700 nouveaux cas de cancers font l'objet d'une reconnaissance comme maladie professionnelle. Le nombre réel des cancers attribuables aux expositions professionnelles pourrait être beaucoup plus élevé. Pourtant certaines bonnes pratiques pourraient permettre de prévenir les risques.
Site web : Cancers professionnels
Cancers professionnels
Publication : Agir aujourd’hui pour prévenir les cancers professionnels de demain
Agir aujourd'hui pour prévenir les cancers professionnels de demain
Outils : Fiches d'aide au repérage et à la substitution des agents cancérogènes
Fiches d'aide au repérage et à la substitution des agents cancérogènes
Audiovisuel : Interviews de Jean-François Naton et Michel Héry
Interviews de Jean-François Naton et Michel Héry
Risques chimiques
Le bisphénol A en question
Le bisphénol A en question Un récent avis de l'Anses met en garde sur les risques potentiels liés au bisphénol A (BPA) pour les enfants à naître. L'exposition des femmes enceintes pourrait en effet induire des modifications de la structure de la glande mammaire du fœtus susceptibles de favoriser l'apparition de cancers du sein. L'alimentation constitue la principale source d'exposition mais les travaux ont également permis d'identifier des situations d'exposition professionnelle notamment lors de la manipulation des papiers thermiques (tickets de caisse, reçus de cartes bancaires…). L'INRS propose par ailleurs un « questions/réponses » qui présente les principales informations sur le BPA au travail : utilisations, risques, expositions, mesures de prévention…
Troubles musculosquelettiques
Que deviennent les salariés atteints de TMS ?
Que deviennent les salariés atteints de TMS ? Des médecins du travail de la région Pays de la Loire ont suivi pendant plusieurs années 3 710 salariés tirés au sort et comparé leur devenir professionnel selon qu'ils souffraient ou non de TMS au début de l'étude. Ils ont ainsi pu mettre en évidence le fait qu'à âge égal, les salariés atteints de TMS présentent un risque 1,6 fois plus élevé de sortie d'emploi. Ces résultats ont été publiés dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire édité par l'InVS.
Soignants
Bilan des accidents avec exposition au sang
Bilan des accidents avec exposition au sang Selon le bilan diffusé par l'Institut de veille sanitaire (InVS), 17 039 accidents avec exposition au sang (AES) ont été recensés dans les établissements de santé français en 2010. Plus de 8 accidents sur 10 sont liés à des piqûres et 60 % des AES concernent les personnels paramédicaux. Point positif : le respect des mesures de précaution standards est en augmentation. Le port de gants est ainsi passé de 67,1 % en 2006 à 71,5 % en 2010. L'utilisation des dispositifs médicaux sécurisés est également croissante. L'effort de prévention doit donc être maintenu pour faire baisser encore le nombre des AES évitables.
Environnement
Les emplois verts sont ils sûrs ?
Les emplois verts sont ils sûrs ? Réductions des pollutions, accroissement de l'efficacité énergétique, développement des énergies renouvelables… Avec l'émergence des préoccupations environnementales, se profile une augmentation rapide des emplois verts. Un rapport de l'Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail (EU-OSHA) propose un éclairage sur les risques liés à l'essor de ces nouveaux métiers. Selon l'Agence, la vitesse de croissance du secteur constitue à elle seule un facteur de risque. Elle est en effet susceptible d'entraîner des déficits de compétence pouvant inciter les entreprises à employer des travailleurs inexpérimentés pour effectuer des tâches pour lesquelles ils ne sont pas formés. Les métiers verts peuvent également exposer les salariés à de nouvelles combinaisons de risques ou à de nouvelles situations d'exposition qui doivent dès à présent être anticipées.

Aérosols
Une directive du 19 mars 2013 modifie les modalités d'étiquetage des générateurs contenant des produits chimiques afin de les mettre en conformité avec les dispositions contenues dans le règlement CLP n° 1272/2008 du 16 décembre 2008. Elle devra être transposée au plus tard le 19 mars 2014.
Protection individuelle
Une liste de normes européennes harmonisées au titre de la directive 89/686/CEE relative à la conception des équipements de protection individuelle est publiée au Journal officiel de l'Union européenne du 13 mars 2013.


Le tour de France du télétravail Durant l'année 2012, l'équipe du site Zevillage a sillonné le pays à la découverte des pratiques nouvelles de télétravail. Le bilan de ce périple est consultable dans le livre blanc du télétravail et des tiers lieux.

À l'heure de la pause Fatigue physique, fatigue mentale... À l'heure de la pause comment se repose-t-on ? À travers 9 portraits de travailleurs, ce webdocumentaire permet de découvrir le monde du travail sous un nouvel angle.

Peut-on utiliser la cigarette électronique au bureau ?
La cigarette électronique est un dispositif doté d'une résistance permettant de chauffer un liquide destiné à être inhalé sous forme de vapeur par l'utilisateur. Ce liquide est de composition variée. Il peut contenir des solvants, de la nicotine, des arômes et parfois aussi des impuretés. Certaines de ces substances peuvent avoir des effets sur la santé de l'utilisateur. Les cigarettes électroniques produisent également des composés organiques volatils et des particules fines et ultrafines susceptibles d'altérer la qualité de l'air intérieur. À l'heure actuelle, il ne peut donc être conclu à l'absence de risque pour l'entourage du consommateur (salariés, clients...). Par ailleurs, la présence d'une résistance chauffante est potentiellement dangereuse dans les locaux où sont manipulés des composés ou des matières inflammables ou explosives. Au regard de ces différents éléments, et face à son obligation de sécurité, l'employeur peut utiliser la voie du règlement intérieur pour interdire la consommation de cigarette électronique sur le lieu de travail (à usage collectif et bureaux individuels) et plus largement dans tous les lieux fermés et couverts qui accueillent du public.




Publication
Horaires atypiques de travail
Horaires atypiques de travail Ce dépliant propose un point synthétique sur les problèmes de santé au travail liés aux horaires atypiques (travail de nuit, travail posté, travail de fin de semaine) : risques professionnels, populations concernées, mesures de prévention à mettre en place...

Publication
Aide à domicile
Aide à domicile Certaines bonnes pratiques permettent de prévenir efficacement les risques professionnels liés aux métiers de l'aide à domicile. Elles sont détaillées dans ce nouveau dépliant qui présente également l'ensemble des outils INRS destinés aux entreprises de ce secteur.

Publication
Arrimage des charges sur les véhicules routiers
Arrimage des charges sur les véhicules routiers Cette brochure présente les règles à respecter pour réaliser un arrimage des charges sur les véhicules routiers de transport de marchandises. Elle s'adresse aux professionnels et responsables du transport et de la logistique.







zoom2
Cancers professionnels
Objectif prévention

Cancers professionnels : Objectif prévention
Le 28 avril dernier, la 10e Journée mondiale de la santé et de la sécurité au travail organisé par le BIT avait pour thème central la prévention des maladies professionnelles. Cet évènement a été l'occasion de rappeler que la mobilisation contre les pathologies liées au travail et particulièrement contre les cancers professionnels demeure une nécessité. Chaque année, en France, environ 1 700 nouveaux cas de cancers font l'objet d'une reconnaissance comme maladie professionnelle. Le nombre réel des cancers attribuables aux expositions professionnelles pourrait être beaucoup plus élevé. Pourtant certaines bonnes pratiques pourraient permettre de prévenir les risques.

Dans l'environnement professionnel, les travailleurs peuvent être exposés à de nombreux agents cancérogènes. Il peut s'agir de produits chimiques (benzène, trichloréthylène, formol...), de substances naturelles (amiante, silice...), d'agents physiques (rayonnements ionisants, ultraviolets...), biologiques (virus des hépatites B et C dans les cas d'atteinte chronique) ou encore d'émissions générées par certains procédés de fabrications (poussières de bois, fumées de soudage). L'industrie du bois, la métallurgie, la chimie, la plasturgie, le BTP et les carrières sont les domaines d'activité les plus touchés mais aucun secteur n'est épargné.


Entre 10 000 et 21 000 cas par an

Les risques de cancers professionnels demeurent pourtant insuffisamment perçus. Il peut en effet s'écouler plusieurs dizaines d'années entre une exposition professionnelle et la survenue du cancer. Les personnes atteintes, et leurs médecins traitants, font donc rarement le lien entre maladie et parcours professionnel. D'autant que d'autres paramètres (habitudes de vie, alimentation, consommation d'alcool ou de tabac, prédispositions génétiques…) peuvent être incriminés. Ainsi seuls certains types de cancers, bien identifiés comme pouvant résulter d'une exposition liée au travail (mésothéliome et amiante, cancer des fosses nasales inférieures et poussières de bois…), font l'objet d'une déclaration. 1 810 cas ont été reconnus en 2010. Le bilan réel est sans doute plus sombre : selon l'InVS, les expositions professionnelles seraient directement responsables de 4 % à 8,5 % des cancers diagnostiqués en France soit entre 10 000 et 21 000 nouveaux cas par an.


Prévenir le risque cancérogène

La prévention des cancers professionnels repose en premier lieu sur le repérage des agents cancérogènes présents dans l'entreprise. Il s'agit d'identifier l'ensemble des produits ou des procédés potentiellement dangereux mais aussi d'évaluer les modes et les niveaux d'exposition. Pour ce qui concerne les produits chimiques, il faut se référer aux étiquettes de danger présentes sur les emballages et aux fiches de données de sécurité fournies par le producteur. Pour compléter l'évaluation des risques, il est utile de s'adresser au service de santé au travail ou encore au service prévention de la Cram/Carsat/CGSS. Si les risques sont avérés, la mesure de prévention la plus efficace consiste à supprimer les agents dangereux ou, à défaut, les remplacer par des produits ou procédés moins nocifs. Si la suppression ou la substitution se révèlent impossibles, l'objectif doit être de limiter le nombre des salariés exposés et de maintenir les expositions à un niveau aussi bas que possible en ajustant l'organisation du travail (travail en système clos, automatisation des tâches, balisage des zones à risques…) et en mettant en œuvre des mesures de protection collective (captage des polluants à la source, ventilation…). Les équipements de protection individuelle (masques…) ne doivent être utilisés qu'en deuxième instance, si les protections collectives se révèlent insuffisantes. L'ensemble des mesures de prévention doit être doublé par des actions de sensibilisation, d'information et de formation des opérateurs concernés. Ceux-ci doivent également faire l'objet d'une surveillance médicale renforcée.


Prévenir les cancers de demain

Depuis le début des années 80, des avancées significatives ont été réalisées dans la lutte contre les cancers professionnels. Les connaissances ont progressé, les méthodes de repérage et de substitution des agents cancérogènes se sont affinées, les entreprises et leurs salariés ont été mieux sensibilisés, le cadre réglementaire s'est adapté avec, par exemple, le renforcement de la réglementation sur l'amiante... Ces mesures, conjuguées, laissent entrevoir une baisse des cancers liés aux agents cancérogènes connus. Le défi est à présent de tirer parti de ces acquis scientifiques, techniques et méthodologiques. L'effort de prévention engagé doit être poursuivi et renforcé pour contribuer à prévenir les cancers professionnels de demain.
Site web : Cancers professionnels
Cancers professionnels
Publication : Agir aujourd’hui pour prévenir les cancers professionnels de demain
Agir aujourd'hui pour prévenir les cancers professionnels de demain
Outils : Fiches d'aide au repérage et à la substitution des agents cancérogènes
Fiches d'aide au repérage et à la substitution des agents cancérogènes
Audiovisuel : Interviews de Jean-François Naton et Michel Héry
Interviews de Jean-François Naton et Michel Héry



La Lettre d'information est éditée par le département Produits d'information de l'Institut national de recherche et de sécurité (INRS). Directeur de la publication : Stéphane PIMBERT, directeur général de l'INRS. Rédacteur en chef : Jacques GOZZO. Routage : logiciel SYMPA. Copyright INRS. Tous droits réservés. Conformément à la loi 2004-801 du 6 août 2004 (...) modifiant la loi 78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent. Pour l'exercer, adressez-vous à l'INRS - 65 boulevard Richard Lenoir - 75011 Paris ou écrivez à contact@kiosque.inrs.fr



Nous contacter | Modifier ses données personnelles | Se désabonner