Si ce message ne s'affiche pas correctement, téléchargez la version pdf ou contactez-nous pour changer de version
 
Juillet-Août 2013
Travailleurs saisonniers
Renforcer l'effort de prévention
Travailleurs saisonniers : renforcer l'effort de prévention
Dans de nombreux secteurs, la période estivale correspond à un pic d'activité. Pour y faire face, l'emploi de travailleurs saisonniers constitue le principal recours. Chaque année, plus d'un million de personnes viennent ainsi renforcer les effectifs des entreprises, dans des domaines aussi variés que le tourisme, l'agriculture ou le spectacle. Si les travailleurs saisonniers forment une population très hétérogène, ils partagent cependant une caractéristique commune : une vulnérabilité importante face aux risques professionnels.
Dossier : Travail saisonnier. La sécurité en éveil pendant les vacances
Travail saisonnier. La sécurité en éveil pendant les vacances
Dossier : Nouvel embauché
Nouvel embauché
Dossier : Hôtels et restaurants. Refuser les risques du métier
Hôtels et restaurants. Refuser les risques du métier
Site web : Observatoire national de la saisonnalité
Observatoire national de la saisonnalité
Information
La revue HST change de formule
La revue HST change de formule La revue trimestrielle Hygiène et sécurité du travail (HST) évolue afin de mieux répondre aux besoins de ceux qui agissent pour préserver la santé et la sécurité des salariés. Objectif : proposer des informations plus opérationnelles et plus diversifiées aux professionnels de la prévention.
Rapport Études et Recherches
Un panorama des activités scientifiques et techniques de l'INRS
Un panorama des activités scientifiques et techniques de l'INRS La 4e édition du rapport annuel « Études et recherche » de l'INRS vient de paraître. Ce document présente les résultats des travaux scientifiques et techniques conduits en 2012, pour l'amélioration des connaissances en santé et sécurité au travail (toxicologie, métrologie, épidémiologie) et pour la conception de solutions de prévention (risques physiques, chimiques, mécaniques…).
Risques psychosociaux
Prévenir les risques psychosociaux : une priorité
Prévenir les risques psychosociaux : une priorité Placer la prévention des risques psychosociaux (RPS) parmi les priorités nationales en matière de santé au travail. C'est la recommandation principale de l'avis rendu par le Conseil Économique Social et Environnemental (CESE). Le document, qui s'est appuyé notamment sur l'expertise de l'INRS, dresse un état des lieux des connaissances actuelles sur les risques psychosociaux. Il présente également quelques initiatives mises en œuvre par certaines entreprises pour prévenir les risques. Il formule enfin une série de propositions pour améliorer encore la prévention : s'appuyer sur des principes d'action clairement affichés, améliorer la connaissance et l'évaluation des RPS, clarifier le cadre juridique, mobiliser davantage les acteurs de la prévention, améliorer la prise en charge des victimes…
Risque chimique
De nouveaux éclairages sur les pesticides
De nouveaux éclairages sur les pesticides Une expertise collective de l'Inserm apporte de nouveaux éclairages sur les risques liés aux produits pesticides. L'analyse de la littérature scientifique internationale met en évidence des liens entre l'exposition professionnelle aux pesticides et la survenue de certaines pathologies chez l'adulte : maladie de Parkinson, cancer de la prostate, lymphomes, myélomes. L'étude montre également que les expositions intervenant au cours de la grossesse peuvent perturber le développement de l'enfant à naître.
Culture de prévention
Apprendre la prévention dès l'école
Apprendre la prévention dès l'école Pour transmettre aux jeunes les compétences, les connaissances et les attitudes appropriées en matière de santé et de sécurité au travail (S&ST), la sensibilisation aux risques devrait être intégrée dans les programmes scolaires, dès la maternelle. Objectif : associer, dans toutes les activités scolaires, l'éducation aux risques à la promotion d'une gestion de la sécurité et de la santé dans les écoles, et leur mode de fonctionnement, les assimilant ainsi à la vie scolaire. Cette approche permet d'améliorer l'éducation au risque et l'environnement d'apprentissage, pour le personnel comme pour les élèves. Un nouveau rapport de l'agence européenne EU-OSHA présente et analyse en profondeur les cas axés sur la mise en œuvre de la démarche scolaire intégrée.
BTP
Hygiène sur les chantiers : un bilan contrasté
Hygiène sur les chantiers : un bilan contrasté L'OPPBTP vient de présenter les résultats d'une étude de terrain concernant les conditions d'hygiène sur les chantiers. Elle révèle notamment que 20 % des chantiers n'ont pas de base-vie. Dans 40 % des cas, celles-ci sont sous-dimensionnées (manque de vestiaires, douches, WC) par rapport à l'effectif du chantier. La situation concerne 80 % des chantiers de courte durée (moins de deux semaines). De réels progrès sont cependant constatés. Les installations sont en général mieux équipées : 40 % intègrent des moyens de conservation et de chauffage des repas contre 6 % en 2008. Par ailleurs, dans 85 % des cas, les vêtements de travail sont fournis aux salariés, mais leur entretien n'est pris en charge que sur 20 % des chantiers.

Produits chimiques – Mise à jour du règlement CLP
Un nouveau texte règlementaire, publié le 1er juin 2013, modifie le règlement CLP relatif à la classification, l'étiquetage et l'emballage des produits chimiques. Il prend en compte les changements intervenus au niveau des recommandations internationales.
Transport routier
Un décret du 6 mai 2013 intègre dans le dispositif de formation professionnelle initiale et continue (FIMO et FCO) des conducteurs de certains véhicules de transport de marchandises ou de voyageurs, les nouvelles catégories de permis C1, C1E, D1 et D1E.
Transport routier
Un arrêté du 23 mai 2013 précise en conséquence les conditions pédagogiques et pratiques d'organisation de ces formations pour les titulaires ou les candidats à ces nouvelles catégories de permis.


faisattentionatoi.com « Fais attention à toi » est un site lancé par la Commission de la santé et de la sécurité (CSST - Québec) dans le cadre d'une campagne de communication. Articulé autour d'un spot vidéo, il invite les internautes à sensibiliser leurs proches sur les questions de santé et de sécurité via notamment l'envoi de cartes virtuelles.

La violence à l'hôpital À travers une série de témoignages, ce webdocumentaire réalisé par la MACSF aborde la question des violences dans les établissements hospitaliers. Il présente notamment des exemples concrets de mesures mises en oeuvre dans certains hôpitaux pour prévenir les agressions.

Téléphone au volant, l'employeur peut-il être tenu pour responsable ?
Le chef d'entreprise est tenu à une obligation de sécurité vis-à-vis du salarié (article L. 4121-1 du Code du travail), y compris quand celui-ci est en mission à l'extérieur de l'entreprise. Il doit dans ce cas prendre toutes les mesures de prévention pour que le salarié puisse se déplacer et travailler en toute sécurité. Les actions entreprises (mesures de prévention, information et formation) doivent résulter d'une évaluation préalable des risques professionnels, dont le risque routier en mission. Téléphoner en conduisant accroît les risques d'accident, y compris avec un kit « mains libres ». Le chef d'entreprise doit donc impérativement rappeler qu'il est strictement interdit de se servir d'un téléphone portable pendant la conduite d'un véhicule. La responsabilité pénale du chef d'entreprise pourra être engagée s'il est établi un défaut de mesures de prévention de sa part à l'origine d'un accident de la route ou si par exemple le salarié était en conversation téléphonique avec son entreprise au moment de l'accident. L'entreprise doit donc mettre en place un protocole de communication pour éviter ce genre de situations : communications quand le véhicule est à l'arrêt, renvoi automatique des appels sur une messagerie quand le salarié est au volant, détermination de plages d'appels sur les temps de pause de conduite...




Logiciel
Évaluer les RPS dans le secteur sanitaire et social
Évaluer les RPS dans le secteur sanitaire et social Toute structure est tenue d'évaluer les risques psychosociaux dans le cadre de son document unique... Mais comment faire ? Pour vous aider, l'INRS a développé l'outil « Faire le point » pour le secteur sanitaire et social.

Logiciel
Prémédia, un logiciel pour évaluer l'efficacité des appareils de protection respiratoire
Prémédia, un logiciel pour évaluer l'efficacité des appareils de protection respiratoire Certains appareils de protection respiratoire (APR) sont équipés de cartouches absorbantes dont l'efficacité est limitée dans le temps. Cette durée de fonctionnement dépend du type de cartouche ainsi que des conditions dans lesquelles travaille l'utilisateur. Dans l'optique d'aider ce dernier à estimer le temps d'utilisation d'une cartouche, l'INRS a mis au point Prémédia, logiciel de calcul prédictif disponible gratuitement en ligne.

Logiciel
Arrimage des charges sur les véhicules routiers
Arrimage des charges sur les véhicules routiers Ce logiciel, destiné aux transporteurs et aux expéditeurs, permet d'effectuer des calculs d'arrimage en fonction des caractéristiques des charges transportées. Ce logiciel est un complément de la brochure INRS « ED 6145 - Arrimage des charges sur les véhicules routiers ».
















zoom2
Travailleurs saisonniers
Renforcer l'effort de prévention

Travailleurs saisonniers : renforcer l'effort de prévention
Dans de nombreux secteurs, la période estivale correspond à un pic d'activité. Pour y faire face, l'emploi de travailleurs saisonniers constitue le principal recours. Chaque année, plus d'un million de personnes viennent ainsi renforcer les effectifs des entreprises, dans des domaines aussi variés que le tourisme, l'agriculture ou le spectacle. Si les travailleurs saisonniers forment une population très hétérogène, ils partagent cependant une caractéristique commune : une vulnérabilité importante face aux risques professionnels.

Quand l’heure des vacances sonne pour une majorité de français, plusieurs centaines de milliers de travailleurs saisonniers entrent en action. Qu’ils soient barmen, cuisiniers, plagistes, ouvriers agricoles, animateurs ou encore techniciens du spectacle, ces salariés constituent une main d’oeuvre précieuse et indispensable pour assurer le bon fonctionnement des entreprises lors des périodes d’activité intenses. Si travailler au rythme des saisons, en bord de mer, à la montagne ou dans les champs peut apparaître comme un sort enviable, la réalité est loin d’être idyllique. En effet, travail saisonnier rime parfois avec précarité, difficultés de logement ou de transport, horaires décalés, pression… Les travailleurs saisonniers sont aussi particulièrement exposés aux risques professionnels. À l’instar des intérimaires, ils sont plus souvent victimes d’accidents du travail que les salariés permanents. Les risques varient selon les secteurs : chutes de plain pied (commerce, restauration, hôtellerie, campings), coupures ou brûlures (restauration), accidents avec des machines agricoles, coupures et chutes de hauteur (agriculture). Les troubles musculosquelettiques (TMS), notamment liés au travail répétitif, peuvent également apparaître.

Travailleur saisonnier, une population à risque

La sinistralité observée résulte de plusieurs facteurs. Comme tous les nouveaux embauchés, les travailleurs saisonniers n’ont souvent qu’une connaissance partielle de leur environnement de travail et sont parfois peu formés à leur poste. Ils peuvent donc sous estimer ou ignorer certains des dangers présents. De plus, ces salariés sont embauchés sur les périodes où l’activité de l’entreprise est maximale. Ils sont ainsi exposés sur une période plus courte mais de façon beaucoup plus intense aux risques professionnels. Ils sont par ailleurs soumis à une forte pression temporelle qui les place dans l’obligation de répondre à de très fortes exigences en termes de rythme de travail. Cela représente une charge importante, à la fois physique et mentale, qui conjuguée à de longues journées de travail ou à des horaires atypiques, peut générer une fatigue importante, source d’erreur ou de mauvaise appréciation du danger. Il est d’ailleurs à noter que si les accidents du travail sont plus fréquents lors des premiers jours d’emploi, ils sont généralement plus graves en fin de contrat. Les contraintes liées à leur travail incitent parfois les saisonniers à consommer des produits psycho actifs (alcool, cannabis, cocaïne...), qu’il s’agisse de supporter des conditions de travail difficiles ou encore de se détendre après une journée éprouvante. Le phénomène concerne principalement le secteur du tourisme. Enfin, d’une façon globale, les saisonniers manquent d’information en santé et sécurité et leurs employeurs ne sont pas toujours bien conscients de leurs obligations notamment pour ce qui concerne l’évaluation des risques.

Préparer l’accueil

En matière de prévention, les employeurs ont un rôle majeur à jouer. Il est important de rappeler qu’ils ont les mêmes obligations vis-à-vis des salariés saisonniers que vis-à-vis des travailleurs permanents, cela inclut la mise en place d’un suivi auprès des services de santé au travail. Les employeurs sont également tenus d’assurer à leurs saisonniers une formation pratique à la sécurité dès leur arrivée dans l’entreprise. Cela suppose au préalable que les employeurs aient une bonne connaissance des risques liés à leur activité et des mesures de prévention adaptées. L’évaluation des risques, formalisée via le document unique doit servir de guide pour mettre en place un dispositif d’accueil efficace. Il est essentiel de savoir prendre le temps d’accompagner le travailleur lors de ses premiers pas dans l’entreprise, de lui présenter son poste et son environnement et, surtout, de s’assurer qu’il soit informé des risques et qu’il connaisse les mesures de prévention à mettre en oeuvre. L’ensemble des données essentielles (fiche de poste, inventaire des risques, instructions à suivre en cas d'accidents, plan de circulation...) peuvent être consignées dans un livret d'accueil qui pourra également inclure des informations pratiques sur l'entreprise (plan d'accès, horaires, organigrammes). Il est également important d’anticiper en amont les impacts des pics d’activité sur l’organisation du travail et de procéder aux ajustements nécessaires. Dans la restauration, cela peut par exemple consister à modifier les zones de circulation ou l’aménagement des locaux pour éviter les collisions entre les membres du personnel. Pour les aider à préparer leur saison ainsi que l’accueil de leurs saisonniers, les entreprises peuvent s’appuyer sur les Carsat ou encore sur les services de santé au travail. Ils peuvent également trouver des ressources utiles auprès des Maisons de la Saisonnalité mises en place dans certaines régions. Ces lieux dédiés à l’accueil des saisonniers proposent en outre des informations pratiques sur les droits, le logement ou le transport des travailleurs...
Dossier : Travail saisonnier. La sécurité en éveil pendant les vacances
Travail saisonnier. La sécurité en éveil pendant les vacances
Dossier : Nouvel embauché
Nouvel embauché
Dossier : Hôtels et restaurants. Refuser les risques du métier
Hôtels et restaurants. Refuser les risques du métier
Site web : Observatoire national de la saisonnalité
Observatoire national de la saisonnalité



La Lettre d'information est éditée par le département Produits d'information de l'Institut national de recherche et de sécurité (INRS). Directeur de la publication : Stéphane PIMBERT, directeur général de l'INRS. Rédacteur en chef : Jacques GOZZO. Routage : logiciel SYMPA. Copyright INRS. Tous droits réservés. Conformément à la loi 2004-801 du 6 août 2004 (...) modifiant la loi 78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent. Pour l'exercer, adressez-vous à l'INRS - 65 boulevard Richard Lenoir - 75011 Paris ou écrivez à contact@kiosque.inrs.fr



Nous contacter | Modifier ses données personnelles | Se désabonner