Si ce message ne s'affiche pas correctement, téléchargez la version pdf ou contactez-nous pour changer de version
 
Février 2014
Vibrations transmises aux membres supérieurs
Halte aux mauvaises vibrations !
Vibrations transmises aux membres supérieurs : halte aux mauvaises vibrations !
Marteau-piqueur, pilonneuse, brise béton, perforateur, cloueur, burineur... Certaines machines portatives ou guidées à la main émettent des vibrations qui peuvent être à l'origine d'affections invalidantes au niveau des membres supérieurs. Cependant, des mesures de prévention permettent de réduire efficacement les risques.
Site web : Vibrations transmises aux membres supérieurs
Vibrations transmises aux membres supérieurs
Outils : Calculette vibration main bras
Calculette vibration main bras
Publication : La main en danger
La main en danger
Publication : Comment mesurer les vibrations émises par les machines percutantes ?
Comment mesurer les vibrations émises par les machines percutantes ?
Exposition d'affiches
(re)Découvrir les trésors de l'INRS
(re)Découvrir les trésors de l'INRS Le 20 janvier dernier, l'exposition « Danger ! Les trésors de l'Institut national de recherche et de sécurité » a été inaugurée au Musée des arts et métiers (Paris). Jusqu'au 7 septembre 2014, cette exposition permet au public de (re)découvrir les affiches anciennes les plus marquantes réalisées par l'INRS depuis le début des années 60. Elle propose ainsi un regard différent sur la santé et la sécurité au travail. En parallèle à l'exposition, le CNAM organise une série de conférences. La prochaine aura lieu le 13 février et abordera la question des liens entre l'organisation du travail et la santé des salariés.
Pressings
Quelles alternatives au perchloroéthylène ?
Quelles alternatives au perchloroéthylène ? Montré du doigt pour ses effets sur la santé humaine et son impact environnemental, le perchloroéthylène, solvant très utilisé dans les activités de nettoyage à sec, disparaît peu à peu des pressings. Sa fin est programmée pour le 1er janvier 2022, date à partir de laquelle toutes les machines situées dans des pressings contigus à des locaux occupés par des tiers ne pourront plus utiliser ce solvant chloré. Un récent article de la revue technique de l'INRS Hygiène et sécurité du travail (HST) dresse un état des lieux des connaissances sur les dangers reconnus liés à l'utilisation du perchloroéthylène. Il présente également les avantages et les inconvénients des différents solvants de substitution et des méthodes alternatives au nettoyage à sec (aquanettoyage). Pour mémoire, l'Assurance Maladie - Risques Professionnels propose une aide financière simplifiée, Aquabonus, destinée à accompagner les pressings qui le souhaitent à passer à l'aquanettoyage.
Travaux routiers
Des recommandations pour le recyclage de revêtements routiers
Des recommandations pour le recyclage de revêtements routiers Un groupement d'organismes professionnels et institutionnels, dont l'INRS, conduit des travaux visant à concevoir et mettre en œuvre des solutions pratiques de prévention lors des travaux routiers, et plus particulièrement lors du recyclage ou du rabotage de revêtements. Le site www.travailler-mieux.gouv.fr met à disposition l'ensemble des documents produits dans le cadre du comité de pilotage « Prévention des risques professionnels dans les travaux routiers ». Ils comprennent notamment un guide pour caractériser les enrobés bitumineux et des fiches de prévention.
Étude
Les risques professionnels dans la restauration collective
Les risques professionnels dans la restauration collective Une récente étude de l'Observatoire social territorial met en lumière les risques professionnels auxquels sont exposés les agents travaillant dans les services de restauration collective. Outre les risques physiques (chutes, glissades, coupures, troubles musculosquelettiques…), l'étude insiste sur les contraintes psychologiques ressenties par les travailleurs : tension permanente, charge mentale élevée, absence de marges de manoeuvre... Elle pointe également la grande vulnérabilité des agents parmi lesquels on compte une forte présence de femmes en difficultés sociales et économiques. L'étude avance quelques pistes pour prévenir les risques notamment le renforcement de la culture de sécurité, la lutte contre les précarités et la valorisation du travail en équipe.
Risque chimique
Une journée d'information sur le formaldéhyde
Une journée d'information sur le formaldéhyde Le formaldéhyde, plus communément appelé « formol », est un produit cancérogène qui entre dans la composition de colles très largement utilisées pour la fabrication de panneaux à base de bois (particules, fibres, contreplaqué...), d'éléments de charpente, de menuiseries et de meubles. Dans le cadre d'une convention nationale visant à promouvoir la prévention des risques professionnels liés au formaldéhyde, la DGT, la CNAMTS et l'INRS organisent une journée d'information le 27 mars prochain à Paris afin de sensibiliser les différents acteurs des industries du bois. La manifestation permettra de faire un point sur les effets du formaldéhyde sur la santé, les dispositions réglementaires, les moyens de prévention et les pistes de substitution.

Rayonnements ionisants
Un arrêté du 6 décembre 2013 modifie les modalités de formation de la personne compétente en radioprotection ainsi que les modalités de certification des organismes de formation.
Signalisation
Un arrêté du 2 août 2013 modifie la référence de la norme à laquelle doivent être conformes les panneaux de signalisation installés sur les lieux de travail à partir du 1er janvier 2014. Il s'agit désormais de la norme NF EN ISO 7010 version avril 2013.


www.roulons-autrement.com Ce site web créé par l'association Ferdinand et la Fondation Vinci est une plateforme multimédia consacrée à la sécurité routière. Il propose notamment une importante base de ressources audiovisuelles dédiées à la prévention et à la sensibilisation.

Ce site créé par l'Observatoire régional de la santé Provence-Alpes-Côte d'Azur est destiné aux médecins généralistes et aux professionnels de santé. Il propose une aide pour repérer les principales maladies liées au travail, les déclarer, informer les patients et faciliter les contacts avec les médecins du travail.

Une habilitation spécifique est elle nécessaire pour un mécanicien devant intervenir sur un véhicule électrique ?
Les véhicules électriques ou hybrides sont équipés de batteries de traction dont la tension est de l'ordre de 360 V. En général, un mécanicien automobile n'intervient pas directement sur la batterie mais il est amené à réaliser des opérations à proximité de ces batteries et par conséquent à se trouver « au voisinage d'installations électriques ». Le voisinage est défini comme l'espace entre la pièce nue sous tension (les bornes de la batterie) et la distance limite de voisinage, fixée à 1 mètre de la périphérie du véhicule. Le mécanicien qui effectue des travaux non électriques sur ce type de véhicules doit donc être titulaire d'une habilitation (B0L) délivrée par l'employeur. Cette habilitation est la reconnaissance par l'employeur de la capacité du salarié à effectuer des opérations en toute sécurité et de sa connaissance de la conduite à tenir en cas d'accident. Avant d'être habilité, le mécanicien doit avoir été formé et avoir été déclaré apte par le médecin du travail.




Affiches
6 nouvelles affiches sur la prévention des TMS
6 nouvelles affiches sur la prévention des TMS 6 nouvelles affiches pour sensibiliser à la prévention des troubles musculosquelettiques (TMS) viennent compléter la série de 9 affiches « Stop aux TMS » déjà existantes.

Publication
Lavez-vous les mains pour vous protéger et protéger les autres (ED 6170)
Lavez-vous les mains pour vous protéger et protéger les autres (ED 6170) Les mains peuvent être souillées par des produits chimiques ou des agents biologiques. Ce dépliant présente en images comment se laver les mains pour se décontaminer et ne pas contaminer les autres.

Publication
Parution de la 300e fiche toxicologique
Fiches toxicologiques : la 300e fiche publiée Offrir une synthèse des informations disponibles sur les dangers liés aux substances chimiques, c'est l'objectif des fiches toxicologiques de l'INRS. Avec la parution d'un nouveau document consacré à l'acide perfluorooctanoïque (PFOA) et ses sels (FT300), la collection vient de franchir le cap symbolique des 300 fiches.

Publication
Sites radioélectriques de téléphonie mobile (ED6160)
Sites radioélectriques de téléphonie mobile (ED6160) Cette brochure vise à favoriser l'intégration des principes et moyens de prévention des risques lors de la conception, la construction ou la maintenance de sites radioélectriques de téléphonie mobile.















zoom2
Vibrations transmises aux membres supérieurs
Halte aux mauvaises vibrations !

Vibrations transmises aux membres supérieurs : halte aux mauvaises vibrations !
Marteau-piqueur, pilonneuse, brise béton, perforateur, cloueur, burineur... Certaines machines portatives ou guidées à la main émettent des vibrations qui peuvent être à l'origine d'affections invalidantes au niveau des membres supérieurs. Cependant, des mesures de prévention permettent de réduire efficacement les risques.

L'utilisation de machines portatives tenues ou guidées à la main et certaines opérations nécessitant de tenir la pièce à la main (polissage…) peuvent exposer les salariés à des niveaux élevés de vibrations. Selon l'enquête Sumer 2003, 11 % des salariés seraient concernés, particulièrement dans les secteurs du bâtiment, de la construction mécanique, de la métallurgie et de l'entretien des espaces verts. Sur le long terme, l'exposition répétée aux vibrations peut favoriser l'apparition de pathologies des membres supérieurs. Les vibrations émises par les machines rotatives (meuleuses, tronçonneuses...) peuvent ainsi être responsables d'atteintes vasculaires (syndrome de Raynaud appelé communément maladie des doigts blancs ou des doigts morts) ou neurologiques (moindre sensation du toucher et de la perception du chaud et du froid, diminution de la préhension, perte de la dextérité manuelle). Les salariés qui utilisent régulièrement des machines percutantes (marteaux-piqueurs, perforateurs…) peuvent quant à eux développer des lésions ostéo-articulaires des coudes et des poignets (arthrose hyperostosante du coude, maladie de Kienbock au niveau du poignet…) Ces affections, invalidantes et parfois douloureuses, sont reconnues comme maladies professionnelles au titre des tableaux n° 69 du régime général et n° 29 du régime agricole. Elles peuvent en outre avoir des répercussions importantes sur la vie sociale et familiale des salariés atteints et rendre difficile des actes simples de la vie quotidienne (boutonner une chemise…) ou certaines activités de loisirs (conduite de moto, sports de plein-air).


Évaluer les risques

La probabilité de survenue de ces pathologies dépend de la dose de vibrations reçues par les salariés. Pour réduire les risques, la réglementation définit ainsi des valeurs limites d'exposition journalière. Pour les vibrations transmises aux mains et aux bras, le seuil déclenchant l'action de prévention, c'est-à-dire la valeur nécessitant la mise en oeuvre d'actions visant à réduire les expositions, est de 2,5 m/s2 pour 8 heures. La valeur limite, ne devant jamais être dépassée, est quant à elle fixée à 5 m/s2 pour 8 heures. Le Code du travail (articles R. 4441-1 à R. 4447-1) et la réalisation du document unique d'évaluation des risques professionnels imposent à l'employeur de prendre en compte le risque vibratoire. Il s'agit, d'une part, d'identifier les postes et les situations de travail concernés et, d'autre part, d'évaluer les niveaux d'exposition des salariés. Le mesurage de l'exposition vibratoire journalière peut s'avérer complexe mais une méthode simplifiée développée par l'INRS permet d'évaluer facilement les doses reçues par les opérateurs. Pour cela, les entreprises peuvent utiliser la calculette Excel, téléchargeable gratuitement sur le site internet de l'Institut.


Prévenir les risques

Si les valeurs d'exposition observées dépassent le seuil réglementaire déclenchant l'action, des mesures de prévention doivent être mises en œuvre. Les leviers d'action sont nombreux. Lors de l'acquisition de nouveaux matériels, il est souhaitable de choisir les machines les moins vibrantes : présence de système antivibratile, valeur d'émission vibratoire déclarée la moins élevée possible… Il faut également veiller au bon entretien des équipements : graisser les parties mécaniques, remplacer les pièces d'usure, affûter ou changer les outils coupants, vérifier et, si nécessaire, remplacer à l'identique les systèmes antivibratiles existants… Pour limiter les durées d'exposition, il est possible d'agir sur l'organisation du travail en mettant en place des rotations de postes ou intercalant des tâches non vibrantes dans l'emploi du temps des opérateurs, de modifier le process, d'aménager le poste de travail pour réduire les contraintes physiques ou posturales... Dans certains cas, le port d'équipement de protection individuelle peut également être recommandé. Attention cependant : les gants antivibratiles ne sont efficaces que lors de l'utilisation de machines rotatives dont la vitesse de rotation est supérieure à 10 000 tours/min. Ils ne protègent pas contre les vibrations émises par les appareils percutants (cadence de frappe moindre). Le port de gants contribue néanmoins à maintenir les mains au chaud, ce qui réduit les risques d'apparition de syndrome de Raynaud. Par ailleurs, les salariés exposés doivent être informés des risques et formés à l'utilisation des différentes machines et outils, notamment lorsqu'elles présentent des systèmes spécifiques de réduction des vibrations. Ils doivent de plus faire l'objet d'une surveillance médicale renforcée par les services de santé au travail.
Site web : Vibrations transmises aux membres supérieurs
Vibrations transmises aux membres supérieurs
Outils : Calculette vibration main bras
Calculette vibration main bras
Publication : La main en danger
La main en danger
Publication : Comment mesurer les vibrations émises par les machines percutantes ?
Comment mesurer les vibrations émises par les machines percutantes ?



La Lettre d'information est éditée par le département Produits d'information de l'Institut national de recherche et de sécurité (INRS). Directeur de la publication : Stéphane PIMBERT, directeur général de l'INRS. Rédacteur en chef : Jacques GOZZO. Routage : logiciel SYMPA. Copyright INRS. Tous droits réservés. Conformément à la loi 2004-801 du 6 août 2004 (...) modifiant la loi 78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent. Pour l'exercer, adressez-vous à l'INRS - 65 boulevard Richard Lenoir - 75011 Paris ou écrivez à contact@kiosque.inrs.fr



Nous contacter | Modifier ses données personnelles | Se désabonner