Si ce message ne s'affiche pas correctement, téléchargez la version pdf ou contactez-nous pour changer de version
bandeau-top
bandeau-bleft Septembre 2019
bandeau-filet
Abonnement Transmettre Archives RSS Contact PDF LinkedIn Tweeter
 
zoom
RPS
Prévention des risques psychosociaux : méthodes et pratiques
Prévention des risques psychosociaux : méthodes et pratiques
  Les risques psychosociaux (RPS) ne peuvent plus être considérés comme des risques émergents. Les dispositifs de sensibilisation ou de méthodologies d'action se sont multipliés, pour aider à la mise en place d'une démarche de prévention. Désormais, il ne s'agit plus pour l'entreprise de « faire faire », mais de faire par elle-même. La prévention des RPS se « déspécialise » en s'internalisant. Les acteurs prenant en charge les risques professionnels sont amenés à intégrer la prévention des RPS dans leurs pratiques.

puce-orange  Lire la suite

point-ico
Dossier HST 255
Prévention des RPS : méthodes et pratiques
p
point-ico
Dossier web INRS
Risques psychosociaux
p
point-ico
Publication INRS/Anact (ED 6328)
Évaluer les interventions de prévention des RPS-TMS. Guide à l’usage des intervenants
p
 
 
rub-actus

Table ronde

Un nouveau « Rendez-vous » de Travail & Sécurité sur les exosquelettes

Un nouveau « Rendez-vous » de Travail & Sécurité sur les exosquelettes
Quels sont les intérêts et les limites des exosquelettes pour la prévention des TMS ? Comment bien préparer leur arrivée dans l'entreprise ? Une nouvelle table ronde en ligne du magazine Travail & Sécurité aura lieu le 19 novembre à 11h. Elle donnera la parole à des experts de l'INRS ainsi qu'à des préventeurs d'entreprises, qui témoigneront de leurs expériences d'intégration d'exosquelettes en milieu de travail. Un temps sera également consacré aux questions que vous vous posez sur ces nouveaux dispositifs d'assistance physique.

- Posez vos questions sur les exosquelettes
- Revoir les précédents « Rendez-vous » de Travail & Sécurité
- « Exosquelettes » le dossier de l'INRS
 

Préventeurs d'entreprises

Les rencontres de l'INRS sont pour vous !

Les rencontres de l'INRS sont pour vous !
Venez rencontrer les experts de l'INRS à l'occasion des quatre demi-journées au choix (soit le 25 septembre de 9h à 12h30 ou de 14h à 17h30, soit le 26 septembre de 9h à 12h30 ou de 14h à 17h30) organisées par l'Institut à Paris. Des stands thématiques seront proposés aux préventeurs d'entreprise : facteurs organisationnels et risques psychosociaux, troubles musculosquelettiques, exosquelettes, risques chimiques, nuisances physiques, risques biologiques, conception des lieux et situations de travail, outils d'évaluation des risques professionnels. Inscrivez-vous !

- S'inscrire (participation libre mais inscription obligatoire)
 

BTP

Une subvention pour éviter les chutes

Une subvention pour éviter les chutes
L'Assurance maladie - risques professionnels propose aux entreprises du BTP de moins de 50 salariés une nouvelle subvention Échafaudage +, avec pour objectif de réduire les risques de chutes de hauteur. Cette aide financière permet d'aider l'entreprise à financer de nouveaux matériels de montage et démontage en sécurité inscrits sur une liste de matériels éligibles : échafaudage de pied, échafaudage roulant, remorque avec rack pour le transport des échafaudages, escaliers d'accès. Elle est plafonnée à 25 000 euros. Toutes les informations sur la subvention sont disponibles auprès de votre caisse régionale (Carsat, CGSS, Cramif).

- En savoir plus
- « Chutes de hauteur » le dossier de l'INRS
 

Études

Lien entre travail de nuit et cancers du sein, de la prostate et colorectaux

Lien entre travail de nuit et cancers du sein, de la prostate et colorectaux
Une synthèse des travaux de 27 scientifiques de 16 pays sur la cancérogénicité du travail de nuit a été publiée dans la revue The Lancet en juillet. Les scientifiques ont conclu que le travail de nuit était associé au cancer du sein en s'appuyant notamment sur une importante étude concernant la santé des infirmières. D'autres études permettent de conclure à une association similaire pour les cancers de la prostate et colorectaux, deux cancers également hormonodépendants. Le Centre international de recherche sur le cancer avait déjà évalué le travail de nuit dans le cadre d'une étude sur le travail posté. Il avait alors procédé à une classification comme « probablement cancérogène pour les humains » (groupe 2A), l'explication principale se trouvant dans la perturbation de l'horloge biologique et ses conséquences sur le système hormonal.

- En savoir plus
- « Travail de nuit/travail posté » le dossier de l'INRS
 

rub-juridiques

Amiante

Un arrêté du 16 juillet 2019 précise les conditions et les modalités de recherche de la présence d’amiante, préalablement à toute opération, dans les immeubles bâtis comportant des risques d’exposition des travailleurs à l’amiante (travaux de retrait ou d’encapsulage d'amiante et de matériaux, d'équipements et de matériels ou d'articles en contenant et interventions sur des matériaux, des équipements, des matériels ou des articles susceptibles de provoquer l'émission de fibres d'amiante). Il fixe en particulier les obligations du donneur d’ordre, en la matière, ainsi que de l’opérateur de repérage.

Un décret du 20 août 2019 apporte des précisions en ce qui concerne le contenu du rapport annuel qui doit être transmis aux ministres chargés de la construction et de la santé, par les personnes certifiées chargés d’effectuer les repérages de matériaux et produits susceptibles de contenir de l'amiante dans certains immeubles bâtis. Il détaille également les informations devant être transmises par les organismes accrédités réalisant les analyses de matériaux et produits susceptibles de contenir de l'amiante à ces opérateurs de repérage.

- L'arrêté
- Le décret
 

Rayonnements ionisants

Un arrêté du 26 juin 2019 fixe, à compter du 1er juillet 2020, les nouvelles modalités et les conditions de mise en oeuvre de la surveillance individuelle de l'exposition des travailleurs aux rayonnements ionisants : mise en oeuvre de la surveillance dosimétrique individuelle, conditions de communication à Siseri (Système d'information de la surveillance de l'exposition aux rayonnements ionisants) des résultats de la surveillance dosimétrique individuelle, suivi de l’exposition externe, accréditation des organismes de dosimétrie...

- L'arrêté
 

rub-sur-le-web
Quels leviers pour une culture de prévention en entreprise ? Les actes des débats d'Eurogip disponibles

Eurogip

Quels leviers pour une culture de prévention en entreprise ? Les actes des débats disponibles

Les actes des débats organisés par Eurogip en mars 2019 sont désormais en ligne. Ils portaient sur « la culture de prévention en entreprise » et s'articulaient autour de cinq tables rondes : les enjeux économiques et sociologiques de la culture de prévention, les approches internationales, nationales et sectorielles dans ce domaine, l'accompagnement des entreprises par les assureurs AT/MP dans différents pays, la culture de sécurité et le management de la santé-sécurité au travail.

- Consulter les débats
 
Veillez à la sécurité des apprentis dans votre entreprise

Accueil

Veillez à la sécurité des apprentis dans votre entreprise

Dans une vidéo, la Caisse nationale suisse d'assurance en cas d'accidents (Suva) rappelle que les apprentis constituent une population particulièrement touchée par les accidents professionnels. Elle propose des carnets de travail gratuits avec des informations, conseils et exercices pour aider les entreprises à mettre en place un apprentissage en sécurité.

- La vidéo
 

rub-enquestion-top
rub-enquestion-bottom

Comment choisir le revêtement de sol dans les locaux où l’on prépare des produits alimentaires ?

point-vert

Le règlement européen (CE) 852/2004 du 29 avril 2004 impose, pour le sol des cuisines, l’utilisation de matériaux étanches, non absorbants, lavables et non toxiques. Le risque de glissance des sols est, en outre, un point critique sur lequel il convient d’être vigilant. Dans l’industrie agroalimentaire ou la restauration, le choix des revêtements de sol doit s’appuyer sur une série de critères : l’hygiène alimentaire, le caractère antidérapant et l’aptitude à l’utilisation. Il dépend principalement de leur facilité de nettoyage, de leur caractère plus ou moins glissant et des contraintes auxquelles ils vont être soumis lors de l’exploitation : contraintes chimiques, physiques, mécaniques, de nettoyage et de désinfection. La Cnam et le Comité technique national des services commerces et industries de l’alimentation (CTN D) ont adopté une recommandation (R 462) préconisant les caractéristiques des sols les plus appropriées selon l’activité. Elle précise également les modalités de pose et de nettoyage du revêtement. Un questionnaire y est intégré pour aider le chef d’entreprise à établir son cahier des charges. Outre le choix du revêtement de sol adapté à l’activité, une bonne pose est importante. De même, un revêtement antidérapant peut être glissant s'il est mal nettoyé : il est donc nécessaire de penser, dès le choix du revêtement, au protocole de nettoyage-désinfection. Ce protocole est défini par le fabricant.

La Cnam a également établi une liste de revêtements de sol répondant aux critères de sécurité pour les salariés et d’hygiène pour les denrées. Pour que les revêtements de sol puissent être référencés, les fabricants doivent suivre une procédure qui comporte principalement des retours d’utilisateurs, un suivi des réclamations, des mesures de glissance et des contrôles d’hygiène en laboratoire. Cette procédure est régulièrement mise à jour.

- La recommandation R 462 « Bien choisir les revêtements de sol lors de la conception/rénovation/extension des locaux de fabrication de produits alimentaires » [PDF]
- La liste de revêtements de sol établie par la Cnam [PDF]


rub-agenda-top
rub-agenda-bottom

18 au 20 septembre - Lyon

Congrès international ICBR 2019 sur le recyclage des batteries
Organisateur : ICM AG

25 et 26 septembre - Paris

Les rencontres de l'INRS
Organisateur : INRS

25 au 27 septembre - Tours

54e Congrès de la Self - Comment contribuer à un autre monde ?
Organisateur : Société d’ergonomie de langue française (Self)

26 et 27 septembre - Paris

Gerda 2019
Organisateur : Gerda (Groupe d'études et de recherches en dermato-allergologie)

30 septembre à 11h - Webinaire

Découvrir les nouveautés de Seirich 3.0
Organisateur : INRS

8 au 10 octobre - Marseille

Préventica
Organisateur : Communica organisation

9 au 11 octobre - Toulouse

Journées nationales d'étude et de formation
Organisateur : Groupement des infirmiers de santé au travail

14 et 15 novembre - Toulouse

19e colloque de l’Aderest
Organisateur : Aderest

20 au 22 novembre - Paris

Gestes 2019 : Dé-libérer le travail
Organisateur : Groupe d'études sur le travail et la santé au travail (Gestes)

26 novembre - Paris

Exosquelettes au travail : intérêts et limites pour la prévention des TMS ?
Organisateur : INRS

btn-consulter-agenda


rub-vient-de-paraitre-top
rub-vient-de-paraitre-bottom

Dépliant - Nouveauté

Dépliant - Nouveauté : Mon métier : Métiers de la pierre (ED 6303)

Mon métier : Métiers de la pierre (ED 6303)

Ce dépliant explique simplement et concrètement, à l'aide d'illustrations, les bonnes pratiques en matière de prévention des risques, applicables au quotidien sur le chantier pour les salariés des métiers de la pierre.
- Le dépliant

Décryptage - Nouveauté

Décryptage - Nouveauté : Risques psychosociaux, bien-être et qualité de vie au travail (ED 8002)

Risques psychosociaux, bien-être et qualité de vie au travail (ED 8002)

Risques psychosociaux, bien-être et qualité de vie au travail : quels cadres juridiques et réglementaires entourent ces différentes notions ? Cette fiche décryptage fait le point.
- La fiche décryptage

Fiche pratique de sécurité - Nouveauté

Fiche pratique de sécurité - Nouveauté : Les gants contre les micro-organismes (ED 145)

Les gants contre les micro-organismes (ED 145)

Ce document donne des informations synthétiques sur les normes applicables en matière de gants de protection contre les micro-organismes. Il présente les limites d'emploi des matériaux qui constituent les gants et aborde les bonnes pratiques pour l'utilisation et la prévention des allergies professionnelles aux gants.
- La fiche pratique


 
zoom
RPS
Prévention des risques psychosociaux : méthodes et pratiques
Prévention des risques psychosociaux : méthodes et pratiques
  Les risques psychosociaux (RPS) ne peuvent plus être considérés comme des risques émergents. Les dispositifs de sensibilisation ou de méthodologies d'action se sont multipliés, pour aider à la mise en place d'une démarche de prévention. Désormais, il ne s'agit plus pour l'entreprise de « faire faire », mais de faire par elle-même. La prévention des RPS se « déspécialise » en s'internalisant. Les acteurs prenant en charge les risques professionnels sont amenés à intégrer la prévention des RPS dans leurs pratiques.
point-ico
Dossier HST 255
Prévention des RPS : méthodes et pratiques
p
point-ico
Dossier web INRS
Risques psychosociaux
p
point-ico
Publication INRS/Anact (ED 6328)
Évaluer les interventions de prévention des RPS-TMS. Guide à l’usage des intervenants
p
 
  Stress, épuisement professionnel/burnout, harcèlement, violences... : les risques psychosociaux (RPS) peuvent prendre diverses formes, susceptibles de causer de graves atteintes à la santé et la sécurité au travail. Aujourd'hui, les dispositifs de sensibilisation et méthodologies d'action face aux RPS, notamment publiés par l'INRS et le réseau Assurance maladie - risques professionnels, sont nombreux. Il ne s'agit plus pour l'entreprise de « faire faire », par la réalisation d'un diagnostic assuré par des compétences extérieures, mais de construire et mener sa propre démarche. Les acteurs prenant en charge les autres risques professionnels sont amenés à intégrer la prévention des RPS dans leurs pratiques, en suivant les mêmes principes. Il est possible d'agir : en amont de la conception d'une nouvelle situation de travail, ou en cas de projet important modifiant les conditions de travail ; dans le cadre de l'évaluation des risques, dans les situations de travail existantes ; en cas d'alerte signalant une exposition manifeste ; ou lors d'une atteinte à la santé déclarée en lien avec le travail (accident du travail ou maladie professionnelle).

Préparer, analyser, mettre en oeuvre un plan d'action, évaluer

La préparation de la démarche permet de formaliser ses règles et conditions de fonctionnement, en adéquation avec les valeurs essentielles préconisées par l'Assurance maladie - risques professionnels. L'employeur porte la responsabilité de la prévention (Article L. 4121-1 du Code du travail). Pour que l'action soit efficace, y associer l'encadrement, les représentants du personnel ainsi que le service de santé au travail, constitue un facteur clé de réussite. L'instance porteuse de la démarche de prévention est, par essence, le Comité social et économique (CSE), quand il existe. Les salariés eux-mêmes participent de façon active, car l'accès au travail réel passe par eux. L'employeur s'engage à suivre de près certaines étapes clés : la préparation, la définition et la validation du plan d'action, ainsi que son suivi. Il donne les moyens pour le travail d'analyse : temps nécessaire, accès aux documents et aux informations, sensibilisation ou formation au besoin. Il s'engage aussi à protéger la parole des salariés interrogés, et des salariés impliqués dans la démarche et non protégés par leur statut ou un mandat de représentant. Il s'engage, en outre, à mettre en oeuvre des actions de prévention tenant compte de l'analyse et à ne pas produire de diagnostic sans suite. L'ensemble des règles encadrant la démarche de prévention doit être formalisé et les acteurs impliqués doivent s'engager à les respecter. Ces règles sont portées à la connaissance du personnel.

La démarche de prévention doit être centrée sur l'analyse des situations de travail, pour comprendre les conditions d'exposition des salariés aux facteurs de risques. Il est tout aussi essentiel de repérer ce qui fonctionne bien et est à préserver (facteurs de protection), en considérant le travail réel avec ses contraintes, les ressources présentes et les régulations possibles. Il ne s'agit pas de procéder à une analyse psychologique des comportements, des personnalités ou ayant trait à la vie privée, ni de s'inscrire dans une recherche de responsabilités. Seuls, les éléments vérifiables concernant le travail et son organisation sont exploités. Il est également conseillé de s'appuyer sur la catégorisation des facteurs de RPS, selon le rapport Gollac (intensité et temps de travail, exigences émotionnelles, faible autonomie, rapports sociaux dégradés, conflits de valeurs, insécurité de la situation de travail).

Le recueil des informations peut être réalisé à l'aide d'entretiens individuels ou collectifs, d'observations de postes de travail, de questionnaires, d'analyse de documents... Il est pertinent de varier les sources d'informations. Des supports méthodologiques ont été élaborés pour aider au recueil des informations et à leur analyse. Si l'entreprise souhaite utiliser un questionnaire, elle pourra se reporter aux fiches descriptives publiées par l'INRS.

Le plan d'action, qui découle des résultats de l'analyse, est d'autant plus concret et opérationnel que l'analyse a permis de faire le lien entre les facteurs de RPS et les situations de travail. Le chef d'entreprise est le garant de la mise en oeuvre du plan d'action. Son élaboration doit s'inscrire dans le cadre défini par les principes généraux de prévention et s'intègre à la démarche globale de prévention des risques. La démarche est itérative. Sa dernière étape consiste à suivre et évaluer les actions mises en oeuvre. L'objectif est de connaître l'efficacité des mesures prises, et de les ajuster au besoin. Un suivi des indicateurs de dépistage des RPS peut être réalisé.
 

Du déni à l’action, les années 2000-2010

La prise de conscience de la nécessité de mettre en place des actions de prévention est apparue au cours de la décennie 2000-2010, notamment du fait de suicides survenus dans de grandes entreprises françaises. L’émoi suscité par ces événements a eu pour conséquence de faire évoluer le regard des entreprises, des pouvoirs publics et des partenaires sociaux, sur les RPS. En 2008, les partenaires sociaux français transposent l’accord cadre européen sur le stress au travail et signent un accord national interprofessionnel (ANI). La même transposition a lieu en 2010 sur le harcèlement et la violence au travail. En 2010, deux missions d’information parlementaire se constituent sur le sujet des RPS ou du mal-être au travail. Dès 2003, l’INRS et les services prévention des risques professionnels des caisses régionales (Carsat/Cramif/CGSS) se sont organisés pour sensibiliser, former, accompagner les entreprises et les acteurs de prévention. Il s’agit d’une démarche de type conduite de projet, impliquant les salariés et associant les représentants du personnel, centrée sur l’analyse de l’organisation du travail et privilégiant les actions le plus en amont possible, en cohérence avec les principes généraux de prévention.
 
 
La Lettre d'information est éditée par le département Information communication de l'Institut national de recherche et de sécurité (INRS). Directeur de la publication : Stéphane PIMBERT, directeur général de l'INRS. Rédacteur en chef : Grégory BRASSEUR. Routage : logiciel SYMPA. Conception : Aphania. Copyright INRS. Tous droits réservés. Conformément à la loi 2004-801 du 6 août 2004 (...) modifiant la loi 78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent. Pour l'exercer, adressez-vous à l'INRS - 65 boulevard Richard Lenoir - 75011 Paris ou écrivez à contact@kiosque.inrs.fr